272 millions de migrants dans le monde selon l’ONU: 3 questions pour bien comprendre

migrants Méditerranée
(À titre d'illustration) Photo - Irish Defence Forces

Ne ratez aucune info

Inscrivez-vous à notre newsletter

Partagez cette info :

Total
0
Shares

Il y a désormais 272 millions de migrants dans le monde en 2019, soit 51 millions de plus qu’en 2010.

Une majorité d’entre eux ont pu être accueillis en Europe (82 millions) et en Amérique du Nord (59 millions), selon un rapport de l’ONU publié ce 17 septembre.

Ils représentent désormais 3,5% de la population mondiale, contre 2,8% en 2000.

Qui peut être considéré comme «migrant» ?

Amnesty International rappelle qu’il n’existe pas réellement de définition internationalement reconnue du terme «migrant» : «une personne peut être conduite à se déplacer en dehors de son pays pour différentes raisons : exercer un emploi ou le rechercher, rejoindre des membres de sa famille… Pour les personnes contraintes de quitter le lieu de leur résidence, on parlera de réfugié si elles doivent franchir une frontière internationale.»

Quels pays en accueillent le plus ?

Selon l’ONU, la moitié des 272 millions de migrants dans le monde vivent dans seulement une dizaine de pays

Les Etats-Unis sont les plus accueillants (51 millions de personnes, soit 19%), devant l’Allemagne et l’Arabie saoudite (13 millions chacun), la Russie (12 millions), le Royaume-Uni (10 millions), les Emirats Arabes Unis (9 millions), la France, le Canada et l’Australie avec 8 millions chacun, et l’Italie (6 millions).

D’où viennent-ils en majorité ?

L’Inde est le premier pays d’origine des migrants, avec 18 millions de ressortissants vivant à l’étranger, devant le Mexique (12 millions), la Chine (11 millions), la Russie (10 millions) et la Syrie (8 millions), toujours d’après le rapport de l’ONU, consultable ici.

Partagez cette info :

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ÇA POURRAIT VOUS INTÉRESSER
Nous utilisons des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre politique de confidentialité, ainsi que nos mentions légales.
Découvrez la newsletter de Nice-Presse