5 décembre : le gouvernement alerte sur «les violences» et les milliers de «gilets jaunes radicaux»

Le gouvernement craint la présence «de milliers de black-blocs» et de «gilets jaunes radicaux» lors du mouvement social de jeudi, organisé contre le projet de réforme des retraites. 

Ne ratez aucune info

Inscrivez-vous à notre newsletter

Partagez cette info :

Total
0
Shares
5 décembre : le gouvernement alerte sur "les violences" et les milliers de "gilets jaunes radicaux"
Photo : Jeanne Menjoulet

MOUVEMENT SOCIAL — Plusieurs millions de salariés du public et du privé sont appelés à faire grève et à manifester lors de cette journée d’actions qui s’annonce très suivie, notamment dans les transports et l’Education nationale.

245 rassemblements et défilés ont été déclarés auprès des services de la préfecture de la capitale et des grandes villes de province, a annoncé le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner sur BFM TV et RMC ce matin.

«Nous savons que des “black blocs” et des gilets jaunes radicaux ont décidé de se joindre aux manifestations», a‑t-il déclaré. «Ce sont quelques centaines de personnes supplémentaires à Paris et peut-être quelques milliers sur l’ensemble du territoire national».

«Un contexte social et revendicatif des plus tendus»

«Le vrai problème, c’est quand vous avez 200 personnes qui viennent pour casser au milieu de 5.000 et qu’elles se mélangent à la foule, c’est très difficile de gérer cela», a‑t-il ajouté.

Plusieurs milliers de membres des forces de l’ordre seront mobilisés sur l’ensemble du territoire, avec des moyens considérables, notamment des caméras stratégiques et des canons à eau, comme l’a révélé le magazine Marianne mardi 3 décembre.

À la préfecture de police de Paris, dont les méthodes de maintien de l’ordre ont été critiquées, on souligne — auprès de l’AFP — un «contexte social et revendicatif des plus tendus» qui laisse présager «que les violences et les dégradations que subit la capitale depuis le mouvement dit des “Gilets jaunes” sont susceptibles de se reproduire».

Premier d’ampleur depuis les «gilets jaunes»

Le ministère de l’Intérieur a rappelé dimanche «la responsabilité des organisations syndicales», à l’origine de l’appel à manifester, qui «ont un vrai savoir-faire» et qui «se sont d’ailleurs engagées à mobiliser beaucoup de monde dans la gestion du service d’ordre».

Le mouvement du 5 décembre est le premier d’ampleur en France depuis celui des «gilets jaunes», né en novembre 2018 après l’annonce d’une hausse de la taxe des carburants et qui s’est traduit par des manifestations chaque samedi, dont certaines ont fait vaciller le pouvoir il y a un an.

Partagez cette info :

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ÇA POURRAIT VOUS INTÉRESSER
Nous utilisons des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre politique de confidentialité, ainsi que nos mentions légales.
Découvrez la newsletter de Nice-Presse