Alors que la crise sanitaire a remis en cause nos modes de consom­mation, l'agriculture urbaine poursuit son dévelop­pement et privi­légie les circuits courts. À Monaco, la société Terrae a bien poussé et compte se développer dans d'autres villes.

"Terre de Monaco est devenue 'Terrae' puisque nous allons nous étendre". Face à un fort potentiel, Jessica Sbaraglia fait prospérer sa petite entre­prise de culture en pleine ville. Elle nous en dit plus à propos des objectifs de cette pratique et de son développement.

1 - Vous avez débuté votre activité à Monaco en 2016. Où en êtes-​vous aujourd'hui ?

Aujourd'hui, l'entreprise a bien grandi. Nous disposons de 5 potagers pour une surface totale de 1.600 m² à Monaco. Ils sont répartis un peu partout sur le terri­toire de la princi­pauté et sont surtout très différents. 

Par exemple, nous travaillons avec le restaurant le Blue Bay, situé à l'hôtel Monte-​Carlo Bay. Nous avons un potager là-​bas qui est une sorte de "potager gastro­no­mique" et on travaille main dans la main avec les équipes pour offrir les meilleurs produits possibles. 

Novotel Potager
(Photo : Terrae)

Nous avons aussi une mini ferme à la tour Odéon où on a d'autres types de cultures, mais aussi des poules pour avoir des œufs frais. Le tout est vendu aux résidents. 

Au Centre Hospitalier Princesse Grace, le service psychiatrie fait appel à nous et une partie de la récolte sert pour des soins thérapeutiques.

2 - Vous avez changé de nom pour vous développer plus facilement, quelles sont les prochaines étapes ? 

Terre de Monaco était une appel­lation trop restreinte et ce n'était pas très évidement d'avoir une "Terre de" dans chaque ville. Terrae c'est plus général.

On envisage d'avoir 3.000 m² de potagers urbains à Nice fin 2023, sur des toits d'immeubles. Là aussi, ça sera très diver­sifié avec du maraî­chage, des fruitiers, des poules et même des ruches !

"L'agriculture urbaine trouve un vrai écho"

Jessica Sbaraglia

Toujours sur la Côte d'Azur, à Cap d'Ail, on aura aussi une structure au sein du complexe hôtelier Kempinski. Mais ça ne se fera pas avant 2025 puisque les travaux ne seront pas terminés. 

On a aussi une volonté de dévelop­pement en Europe, à commencer par la Belgique. On prévoit d'installer une ferme sur 10.000 m² de toits dans la ville de Tubize, à trente minutes de Bruxelles.

3 - Pourquoi l'agriculture urbaine se développe autant selon vous ?

Je pense qu'il y a eu une prise conscience de l'importance de bien s'alimenter. Beaucoup veulent retrouver des produits de qualité. Le Covid a accentué cette impression.

Les gens demandent davantage et son même prêt parfois à se mettre au jardinage. C'est une pratique qui a une influence positive.

Mais il faut tout de même garder à l'esprit que ça ne remplacera pas l'agriculture tradi­tion­nelle que nous connaissons. 

4 - A ce sujet, quelles sont les difficultés que vous éprouvez par rapport à une agriculture classique ?

Il y a tout d'abord un souci de surface car on n'a pas les grands espaces qu'on peut trouver en campagne. Mais, d'un côté, on en fait une force puisque ça incite à la diver­si­fi­cation des activités. Au lieu d'avoir un grand champ de bette­raves on va avoir un toit avec plein de types de légumes par exemple.

L'autre limite c'est la mécani­sation. On ne peut pas travailler avec des machines donc ça demande beaucoup de force physique pour trans­porter les marchan­dises. Ça nous oblige à être plus minutieux et surtout ça crée de l'emploi.

"L'agriculture urbaine ne remplacera pas l'agriculture traditionnelle"

Jessica Sbaraglia

Et puis évidemment il y a la capacité de production qui est moins impor­tante. Chaque année je suis environ entre 3.5 et 4 tonnes de légumes produits et sans pesticides.

5 - Vous avez aussi un rôle éducatif ?

Tout à fait, on ne se contente pas seulement de cultiver et de vendre nos produits. On veut aussi trans­mettre cette activité aux plus jeunes, c'est pour ça qu'on travaille avec six établis­se­ments scolaires pour faire découvrir cet univers aux enfants. 

Les plus grands peuvent aussi se mettre au jardinage. C'est une activité très bénéfique pour se recentrer sur soi, et prendre son temps.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.