Attention, votre parfum préféré est peut-être cancérogène selon 60 Millions de consommateurs

Une étude accuse de célèbres parfums de contenir des substances extrêmement nocives pour notre santé. 

Ne ratez aucune info

Inscrivez-vous à notre newsletter

Partagez cette info :

Total
0
Shares
Attention, votre parfum préféré est peut-être cancérogène selon 60 Millions de consommateurs
Photo : Flickr / Twiga 269

SANTÉ / FRANCE — Et si votre parfum favori pouvait contribuer à vous donner un cancer? C’est le cri d’alerte que pousse 60 Millions de consommateurs sur des marques aussi populaires que Dior, Mugler et Kenzo, accusées de contenir des allergènes, des perturbateurs endocriniens voire des colorants cancérogènes.

D’après une étude publiée par l’association de défense des consommateurs en décembre, certains parfums adorés par les Français contiendraient des substances particulièrement dangereuses. Pour arriver à cette conclusion, des experts ont analysé en laboratoire six eaux de toilette pour hommes et dix eaux de parfum pour femmes et relevé l’ensemble des substances indiquées sur leur étiquette.

Résultats : les parfums étudiés contiennent en moyenne 22 allergènes, dont plusieurs qui s’oxydent au contact de l’air et deviennent alors très allergisants.

Des références très connues sont visées

Certains parfums contiennent même du lilial (butylphényl méthylpropional) dont le Comité scientifique européen pour la sécurité des consommateurs (CSSC) recommande l’interdiction.

Sont concernées par ces substances des références très connues comme «J’adore» de Dior, «Angel» de Mugler, «Flower» de Kenzo, «Le Mâle» de Jean-Paul Gaultier…

Les différentes analyses ont également démontré la présence de colorants suspectés d’être cancérogènes-mutagènes-reprotoxiques (CMR) dans de nombreux autres parfums.

Partagez cette info :

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ÇA POURRAIT VOUS INTÉRESSER
Nous utilisons des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre politique de confidentialité, ainsi que nos mentions légales.
Découvrez la newsletter de Nice-Presse