Chloroquine et accidents cardiaques: le CHU de Nice a dû interrompre un traitement

“Il ne faudrait pas que le remède soit plus néfaste que la maladie elle-même…”
CHU de Nice chloroquine

pollution air Nice

Ne ratez aucune info avec notre newsletter

Une fois par semaine, l'essentiel de l'actu qui vous concerne

Le CHU de Nice annonce avoir suspendu au moins un traitement à base de l’association hydroxychloroquine-azithromycine, sensée combattre le Covid-19, alors qu’elle mettait “en péril la vie d’une patiente”.

CORONAVIRUS — Les médecins ne rappèleront jamais assez que la chloroquine, même si elle représente un espoir en termes de remède contre le nouveau coronavirus, n’est pas du tout un médicament à prendre à la légère.

On apprend ainsi ce mardi 7 avril que du côté du CHU de Nice, au moins un traitement, incluant notamment la chloroquine, a dû être stoppé tant il mettait en danger la vie d’une patiente.

“Dès le début de l’essai (…) nous avons mis en évidence des risques majeurs d’accident gravissime chez une patiente, et le traitement (l’association hydroxychloroquine-l’azithromycine, NDLR) a aussitôt été stoppé” cite comme exemple le professeur Émile Ferrari, responsable du service de cardiologie à l’hôpital Pasteur, auprès de nos confrères de Nice-Matin.

“Dès le début de l’essai (…) nous avons mis en évidence des risques majeurs d’accident gravissime”

Le CHU de Nice, comme d’autres établissements, teste cette association de médicaments chez des patients hospitalisés avec des formes sévères de Covid-19.

Ils sont surveillés en continu, notamment par électrocardiogramme : “Nous interprétons en direct (les résultats du suivi) qui signalent des anomalies qui prédisposent à une toxicité” développe encore le médecin.

Remède plus dangereux que le virus lui-même?

“Lorsque l’hydroxychloroquine est donnée toute seule, le risque cardiaque est très faible. En revanche l’antibiotique (azithromycine) qui est prescrit systématiquement en association avec l’hydroxychloroquine dans le protocole anti-Covid favorise lui aussi ces anomalies” explique Émile Ferrari.

Interrogé sur son “avis personnel quant à ce cocktail”, la praticien a préféré livrer une mise en garde : “Certes le Covid-19 tue mais il ne faudrait pas, chez des patients, dont l’évolution spontanée est favorable et en particulier chez des patients ambulatoires, que le remède soit plus néfaste que la maladie elle-même.”

Source : Nice-Matin

Actus, bons plans, échanges, photos,..., rejoignez les 4,500+ membres de notre groupe Facebook Nous, les Niçois!
Publicité
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ÇA POURRAIT VOUS INTÉRESSER
pollution air Nice

Ne ratez aucune info!

Inscrivez-vous à notre newsletter

Total
0
Share