Éric Ciotti soupçonné de détournement de fonds publics: ce qui lui est réellement reproché

Eric Ciotti député LR des Alpes-Maritimes
Photo : Éric Ciotti / DR

Ne ratez aucune info

Inscrivez-vous à notre newsletter

Partagez cette info :

Total
0
Shares

L’association pour la transparence en politique Anticor soupçonne Éric Ciotti d’exercer des fonctions plus larges que celles qu’il occupe officiellement, mobilisant donc des moyens plus importants qu’habituellement. L’élu se dit «serein». On fait le point sur cette accusation complexe.

POLITIQUE — Vers un procès du «système Medvedev» sur la Côte d’Azur? Pour contourner l’impossibilité de se présenter plusieurs fois à la présidence russe, Vladimir Poutine s’est fait nommer par son bras-droit Dimitri Medvedev Premier ministre, tout en continuant d’exercer l’essentiel des pouvoirs de 2008 à 2012. Un tour de passe-passe bien connu des élus du sud de la France, qui y ont souvent recours.

Lors de son (court) passage à la présidence du conseil régional de PACA (2015–2017), Christian Estrosi avait placé dans le fauteuil de maire de Nice son fidèle Philippe Pradal, tout en devenant un premier adjoint aux larges délégations. Avant de redevenir maire en 2017, après son départ de la Région. Il est reproché, en creux, la même organisation à Éric Ciotti aujourd’hui.

Après neuf ans de mandat, l’élu LR a démissionné de la présidence du conseil général des Alpes-Maritimes en septembre 2017 : député, il ne pouvait plus cumuler les fonctions.

Sauf que, d’après Anticor 06, M. Ciotti aurait continué à bénéficier de moyens de la présidence du conseil pour travailler, alors qu’il était devenu le chef de la commission des Finances. En clair, la fonction aurait changé, mais les prérogatives seraient restées les mêmes.

Ainsi, M. Ciotti serait un «président bis» du département, ayant besoin, pour travailler (il n’est aucunement question d’enrichissement personnel dans cette affaire), des outils dont il disposait avant septembre 2017 : un véhicule avec chauffeur, des effectifs pour réaliser des vidéos de communication publique, etc.

Anticor 06 a déposé le 12 septembre 2019 un signalement pour ces faits qui pourraient, d’après eux, «être constitutifs d’un détournement de fonds public». Le procureur de Nice a décidé d’ouvrir une enquête. «J’accueille cette procédure avec la plus grande sérénité» a réagi le principal intéressé.

Partagez cette info :

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ÇA POURRAIT VOUS INTÉRESSER
Nous utilisons des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre politique de confidentialité, ainsi que nos mentions légales.
Découvrez la newsletter de Nice-Presse