Greenpeace critique la pollution de l’air à Nice, Christian Estrosi tacle “une organisation engagée politiquement”

Un rapport publié par le Réseau Action Climat, Greenpeace et l’Unicef classe Nice et Marseille pires grandes agglomérations de France en matière de lutte contre la pollution de l’air. Christian Estrosi critique le parti-pris de ces ONG et défend son bilan.

pollution air Nice

Ne ratez aucune info avec notre newsletter

Une fois par semaine, l'essentiel de l'actu qui vous concerne

ENVIRONNEMENT — La capitale azuréenne “mauvaise élève”. Le rapport de ces associations compile les politiques engagées contre la pollution atmosphérique sur 17 points, répartis en six “enjeux clé” : “sortie des véhicules polluants, réduction de la place de la voiture, aides financières à la transition des modes de déplacement, développement du vélo, développement des transports en commun, mesures spécifiques pour les enfants”.

Dans le domaine, Nice accuserait un lourd retard sur ses voisines. Sauf face à Marseille, classée “pire ville de France”.

Le rapport pointe le niveau “faible” de la ville sur un certain nombre de “points importants”, notamment en comparaison à d’autres grandes agglomérations : “un projet de zones à faibles émissions encore flou, des initiatives encore timides pour réduire l’emprise de l’automobile dans l’espace urbain, le budget vélo/habitant/an très bas, etc”.

“Le compte n’y est pas. Il n’y a que 75 km de pistes cyclables en 2019 alors que la Ville avait annoncé 125 km en 2013. Le tramway n’a diminué le trafic des véhicules que de 5% alors que nous devrions être à moins de 800 000 véhicules en 2025” peut-on encore lire dans le rapport.

“Championne de l’air vicié” en 2018

Un document qui n’a, sans surprise, pas beaucoup plu à Christian Estrosi.

“Sèchement”, comme le relève Nice-Matin, le président de la Métropole a contesté un classement “réalisé par des organisations très engagées politiquement”.

Le maire en a profité pour défendre les actions menées : “la mise en service de la ligne 2 et 3 du tram, la végétalisation du centre-ville avec des pistes cyclables et le réseau de transports totalement décarboné en 2025”.

Avant de rappeler : “depuis des années je demande aussi à l’État d’interdire la circulation sur l’autoroute A8 des transports internationaux, principale source de pollution, qui ne desservent pas notre région avec également la mise en place d’une écotaxe à Menton-Vintimille”.

Un récent rapport rendu par Atmosud soulignait l’effet du tram sur la baisse des gaz polluants et nocifs pour la santé dans le ciel azuréen. En 2018, L’Express qualifiait Nice de “championne de l’air vicié” : elle décrochait ainsi “le pompon des villes polluées avec 67 jours d’un air très médiocre”. 

Actus, bons plans, échanges, photos,..., rejoignez les 4,500+ membres de notre groupe Facebook Nous, les Niçois!
Publicité
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ÇA POURRAIT VOUS INTÉRESSER
pollution air Nice

Ne ratez aucune info!

Inscrivez-vous à notre newsletter

Total
0
Share