Indiscret politique – Vardon, Estrosi, Governatori: Déjà en route vers de nouvelles aventures?

INDISCRET POLITIQUE — ESTROSI À PARIS. “Avec lui, on est toujours entre deux campagnes” riait Anthony Borré, le bras droit de Christian Estrosi en 2016, à l’époque où le maire voulait conquérir l’Élysée. Quatre ans plus tard, ce serait la place Beauvau… voire Matignon qui pourraient être promis à Christian Estrosi. CNews le voyait encore hier parmi les favoris du remaniement à venir (on parle de la semaine prochaine), nos collègues de “Nice-Matin” ce jour soupçonnent le maire de “regarder en coin vers Paris”.

Ultra-populaire, avec une excellente entente avec Emmanuel Macron, sans doute réélu confortablement pour un troisième mandat ce dimanche… Comme nous le développions dans cet article le 10 juin dernier, Estrosi cocherait toutes les cases.

À LIRE AUSSI > Remaniement : Le maire de Nice Christian Estrosi au gouvernement, un scénario crédible?

Christian Estrosi Nice
Christian Estrosi, en campagne pour les municipales 2014 sur la Prom’. Photo : agence Comback

Oui, mais comment faire “passer la pilule” comme le disent nos confrères du quotidien local? Les Niçois qui ont vu leur maire à 100% mobilisé sur la reprise économique au sortir de la crise sanitaire pourraient ne pas comprendre de le voir partir vers Paris…

La réponse est peut-être à trouver dans la conversation que le maire a eu ce mardi 23 juin avec “Nice-Presse”.

“En matière de sécurité ou de santé, je vais très clairement mener le combat de la décentralisation” nous a-t-il expliqué, avant de souligner :

“Plus ma légitimité sera forte en tant que maire d’une grande ville, et plus je serai entendu sur la loi de décentralisation annoncée par le président la République.”

En 2008, comme en 2014, après ses deux précédentes réélections, le maire s’était envolé peu après vers un maroquin (l’Industrie en 2009) ou une campagne (les régionales, en 2015). Les deux fois, il avait expliqué que ces nouveaux postes lui avaient permis de se battre pour Nice.

Un ministère de la Ville et des Territoires, par exemple, entrerait parfaitement dans les clous pour défendre cet argument. Tout en gardant les manettes du conseil en restant premier adjoint avec des délégations clés — la sécurité, le budget.

Philippe Vardon prières islamiques Nice
Philippe Vardon, en mars 2020. Photo : Hadrien Acaldi pour Rivieractu

VARDON, EN ROUTE VERS LES DÉPARTEMENTALES. Même si le candidat frontiste ne casse pas des briques dimanche soir (un score sous les 18 ou 20%, sa campagne anti-Estrosi ne soulève pas les foules), il aura tout de même en grande partie réussi le pari de la “dédiabolisation”. Il faut voir d’où il partait ! Il y a quelques années, Marine Le Pen ne voulait même pas lui accorder une carte du parti. À Nice, c’est la première fois qu’il pouvait concourir à la mairie avec l’étiquette RN — il l’avait déjà fait pour les législatives en 2017 et les régionales en 2015. Ultra-médiatique, incisif dans les débats… Vardon s’est fait une place importante dans la petite vie politique locale. Toujours provocateur, il n’est cependant plus un simple agitateur, la place à laquelle ses adversaires l’ont longtemps cantonné.

Un relatif succès qui lui donnerait des ambitions… un peu plus vastes. D’après nos informations, le monsieur comm’ du RN aurait déjà les départementales en tête, où le parti lepéniste pourrait rattraper la déception de 2015 (38% des suffrages mais pas un seul siège au conseil du 06!).

Il pourrait croiser le socialiste Patrick Allemand pendant la campagne, puisqu’on dit qu’il y songe également depuis quelques semaines.

Municipales Nice Governatori
Photo : capture d’écran France 3, retouchée par Nice-Presse

GOVERNATORI, RÉGIONALES ROUND 3. On avait eu vent en mars dernier chez “Nice-Presse” du fait que les écolos auraient volontiers coupé les pattes de leur “champion” sitôt l’élection passée (pas avant, pas fous, les verts se rappellent qu’il finance en grande partie la campagne). Englué dans cette affaire de présumé logement insalubre, assez peu brillant dans les débats, des relations épouvantables avec la presse, une image nationale controversée… Ça aurait été une brouette plutôt lourde à tirer pendant six ans au conseil municipal.

Les couteaux ne devraient finalement même pas être sortis. D’après le Carnet de campagne de “Nice-Matin”, Jean-Marc Governatori ne siègerait finalement pas à Nice, puisqu’il partirait dans les semaines à venir en campagne pour les Régionales 2021.

En 2015 avec l’AEI, M. Governatori avait recueilli 4,05% des suffrages. Au second tour, il s’était rallié à… Christian Estrosi.

Vous souhaitez partager une information avec la rédaction? Voici comment...
Actus, bons plans, échanges, photos,..., rejoignez les 4,500+ membres de notre groupe Facebook Nous, les Niçois!
Publicité
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ÇA POURRAIT VOUS INTÉRESSER
Total
6
Share