«Je veux que les musulmans de Nice se sentent aimés»: Les propositions à contre-courant de Patrick Allemand (PS) sur l’islam

Dans un entretien accordé à Rivieractu magazine ce vendredi 25 octobre, le chef de l’opposition municipale s’est montré déterminé à combattre l’exclusion sociale à Nice, facteur de radicalisation chez certains musulmans. 
patrick allemand
Photo : Nice-Presse

Ne ratez aucune info

Inscrivez-vous à notre newsletter

Partagez cette info :

Total
0
Shares

SOCIÉTÉ — Patrick Allemand n’ira pas dans la surenchère.

Le voile a fait son retour dans le débat public vendredi 11 octobre lorsque Julien Odoul, élu du Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a demandé publiquement à une femme voilée de «retirer son voile», au mépris du droit.

La vidéo (opportunément mise en ligne par l’élu) a été vue plus de 3 millions de fois et la polémique enfle depuis plusieurs semaines déjà.

«Il n’y a pas de religion d’État en France»

Du côté des élus niçois, Christian Estrosi a parlé du voile comme d’une «sorte d’emprisonnement» et Eric Ciotti a proposé une loi pour le bannir des sorties scolaires.

Le conseiller municipal de gauche Patrick Allemand, candidat à la municipale niçoise (et avant cela à la primaire du PS), a livré à Rivieractu ce vendredi une vision bien différente des choses.

«Il n’y a pas de religion d’État en France. Chacun doit pouvoir pratiquer sa religion en toute liberté, point barre» a‑t-il martelé, ajoutant qu’il est «impensable d’empêcher les femmes de porter le voile dans la rue.»

Revenant sur l’affaire qui a opposé le maire LR Christian Estrosi à l’ouverture d’une mosquée dans sa ville, Patrick Allemand a condamné «un acharnement judiciaire forcené du maire de Nice» : «ça fait deux ans que cette mosquée (En-Nour, NDLR) est ouverte, il n’y a jamais eu un seul problème.»

Assez de mosquées à Nice?

S’il était élu maire, il a affirmé vouloir «agir notamment sur le terrain de la prévention. Je veux faire un maximum pour que les musulmans qui vivent dans cette ville se sentent intégrés, respectés, et aimés.»

«Souvent, la radicalisation naît d’un sentiment d’exclusion sociale. Il faut travailler là-dessus» a‑t-il ajouté, ne fermant pas la porte à une réflexion sur le nombre de mosquées à Nice.

«Une mosquée, c’est une sécurité. Le danger, c’est l’islam des caves, qui, lui, porte les germes de la radicalisation parce que les textes n’y sont pas expliqués correctement» développe-t-il ainsi. «Le seul fait de ne pas avoir de lieux de culte décent, c’est humiliant. Il faut étudier les choses pour savoir si à Nice il y a assez de mosquées, puisqu’il y a 80.000 Niçois de confession musulmane».

Partagez cette info :

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ÇA POURRAIT VOUS INTÉRESSER
Nous utilisons des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre politique de confidentialité, ainsi que nos mentions légales.
Découvrez la newsletter de Nice-Presse