Deux manifes­ta­tions contre les violences policières sont organisées samedi et dimanche à Nice à l'initiative de collectifs de jeunes, soutenus par plusieurs associa­tions. Le maire de Nice Christian Estrosi et le député LR des Alpes-​Maritimes Éric Ciotti réagissent.

Christian Estrosi : "Que chacun prenne ses responsabilités"

"Notre pays a plus que jamais dans cette période, besoin de rassem­blement et pas de division à coup de manifes­ta­tions pro ou anti. Le racisme et la xénophobie sont la négation même des valeurs de la République Française. Nos forces de sécurité sont là pour les combattre en toutes circons­tances et méritent d'être soutenues."

"Alors que tout rassem­blement constitue une menace sanitaire pour nos administrés, les forces de sécurité savent qu'elles me trouveront toujours à leur côté pour défendre leur dignité."

"J'appelle en respon­sa­bilité chaque citoyen Niçois, dans cette période encore extrê­mement fragile au plan sanitaire, écono­mique et social, à assumer sa part de respon­sa­bilité pour que nous surmon­tions cette crise de manière apaisée."

"J'ai eu l'occasion de matin d'exposer au préfet ce sentiment et lui appar­tient, au nom de l'État, d'indiquer sa position par rapport à l'organisation de cette manifestation."


Plus d'infos sur le sujet
>> Nice : une manifes­tation contre les violences policières ce samedi 6 juin
>> Nice. Violences policières : Philippe Vardon (RN) demande l’interdiction de deux manifestations
>> EXCLUSIF. Nice : L’organisatrice de la manifes­tation contre les violences policières répond à la polémique


Éric Ciotti : "Je récuse le terme de violences policières"

"Je demande l'interdiction de ces manifes­ta­tions qui présentent des risques majeurs."

"Un risque sanitaire d'abord : on est encore à un moment où tout rassem­blement de plus de dix personnes est interdit et on laisserait des centaines de personnes manifester?".

"Je récuse le terme de violences policières. Il n'y a pas de violences policières dans notre pays, il n'y a que des policiers qui font respecter les lois et c'est de plus en plus difficile ! Dans notre pays, s'il y a des fautes qui sont commises, il y a des procé­dures pour les sanctionner. Certains profitent de ce qu'il s'est passé aux Etats-​Unis pour importer chez nous un conflit qui n'a pas lieu d'être".

Réagissez