«MeToo»: La France à côté de la plaque, pour l’actrice Adèle Haenel

De nombreux mois après l’éclatement de #MeToo, ce mouvement de libéralisation de la parole des femmes victimes de violences, notre pays ne se serait pas posé les bonnes questions pour réellement enrayer la phénomène, estime l’actrice dans le NY Times 

Ne ratez aucune info

Inscrivez-vous à notre newsletter

Partagez cette info :

Total
0
Shares

SOCIÉTÉ — Beaucoup de bruit pour pas grand’chose.

Pour l’actrice Adèle Haenel, qui a accusé cet automne le réalisateur Christophe Ruggia d’attouchements quand elle était adolescente, notre pays n’a toujours pas tiré les enseignements du phénomène #MeToo.


À LIRE AUSSI… Violences faites aux femmes: une nouvelle loi pour un vrai changement?

À LIRE AUSSI… Égalité salariale femmes/hommes : le classement catastrophique de la France


Dans le New York Times, elle explique ainsi qu” «il y a un paradoxe ici: c’est l’un des pays où le mouvement a été le plus suivi, du point de vue des réseaux sociaux, mais d’un point de vue politique et médiatique, la France a complètement raté le coche.»

«On a un système judiciaire qui ne fait pas des violences faites aux femmes sa priorité (…) la justice doit s’amender pour mieux traiter les femmes victimes de violence sexuelle», a‑t-elle ajouté

«La loi française définit le viol comme un acte sexuel commis au moyen de violence, de surprise, ou de contrainte: elle est centrée sur la technique employée par l’agresseur, pas l’absence de consentement de la victime», estime l’actrice.

«Distinguer Polanski, c’est cracher au visage de toutes les victimes»

Pour Adèle Haenel, «beaucoup d’artistes ont confondu, ou voulu confondre, le jeu sexuel et l’agression. Le débat s’est positionné sur la question de la liberté d’importuner et sur le prétendu puritanisme des féministes. Alors qu’une agression sexuelle est une agression, pas une pratique libertine.»

Quelques jours avant la cérémonie des César qui se déroulera vendredi avec «J’Accuse», le dernier film de Roman Polanski, parmi les favoris, Adèle Haenel met en garde: «distinguer Polanski, c’est cracher au visage de toutes les victimes. Ça veut dire, “ce n’est pas si grave de violer des femmes” ».


À LIRE AUSSI… Brigitte Macron et Michèle Obama visages d’une campagne choc pour lutter contre les violences faites aux femmes

À LIRE AUSSI… [ÉTUDE] Violences faites aux femmes : au boulot, des souffrances souvent sans réponses

Partagez cette info :

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ÇA POURRAIT VOUS INTÉRESSER
Nous utilisons des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre politique de confidentialité, ainsi que nos mentions légales.
Découvrez la newsletter de Nice-Presse