Viva Nice Municipales 2020

Municipales à Nice : “Viva!” veut “redonner sa dignité à une ville gangrenée par la pauvreté”

Portée par une dynamique positive, la formation de gauche a présenté cette semaine son programme en matière de politique sociale et solidaire

MUNICIPALES 2020 — Après la démocratie locale, les solidarités ! La liste de gauche “Viva!”, portée par un dernier sondage encourageant, présentait jeudi 27 février le volet social de son programme depuis le théâtre de la tour Gorbella.

À LIRE AUSSI… Municipales à Nice : 3 questions sur la nouvelle liste de gauche “Viva!”

Quel bilan en la matière sur les deux mandats de Christian Estrosi? “C’était déjà affligeant en matière de démocratie locale… concernant les solidarités, c’est carrément indigent” lâche d’emblée Robert Injey, figure du PCF niçois et deuxième de liste.

“Ségrégation”

“La mairie ne fait pas son travail dans les écoles, je le vois tous les jours en tant qu’enseignante, témoigne une femme dans le public. Les toilettes sont bouchées, les escaliers sont dangereux pour les enfants. Notre quartier et notre école subissent une ségrégation très claire”

“C’est une ville de carte postale où l’obsession constante est de cacher la misère, poursuit “Bob” Injey. La vérité c’est que Nice est gangrenée par la pauvreté”

Pour clore ce passage sur le bilan de la politique sociale actuelle, “Viva” poursuit : “Il nous manque au moins 20.000 logements sociaux pour en avoir suffisamment. Avec un peu de chance, à ce rythme là, on atteindra le seuil légal de 25% d’ici… 2055, ou 2060!”

Photo : C.A. pour Rivieractu

À LIRE AUSSI… Municipales à Nice : vers une surprise “Viva”?

Quelles priorités pour la liste contre la grande pauvreté? L’hébergement d’urgence, déjà.

Après avoir dressé un point de situation très alarmant sur le manque de places disponibles pour les sans domicile fixe, David Nakache, colistier et président de l’association humaniste Tous citoyens!, en vient aux propositions. Claires, efficaces.

“Les 30.000 m2 de l’hôpital Saint Roch, on va leur rendre leur vocation sociale. Vu la situation de pauvreté de la ville, on n’a pas tout cet argent à mettre dans un Hôtel de Police” martèle-t-il, alors que l’immense bâtiment doit effectivement être reconverti en quartier général des forces de l’ordre.

“Il y a une convention de signée avec l’Etat ? On la cassera” poursuit-il, déterminé.

À LIRE AUSSI… Pauvreté, politique sociale à Nice: que retenir du rapport de l’Institut Montaigne sur notre ville?

“Les gens sont à la rue. On nous dit qu’il n’y a pas de place, pas d’argent. Et bien nous on dit qu’il n’y a pas 45 millions d’euros à mettre dans un ‘super-commissariat’, ou 6 millions, fait du prince, dans le grand prix du Castellet!”

“Vingt places d’hébergement d’urgence pour les femmes dans la ville de Nice, c’est indigne” continue M. Nakache. “On combattra la non-politique sociale d’Estrosi tant qu’il y aura des enfants qui dormiront dans la rue.”

À LIRE AUSSI… David Nakache (Viva!) accuse Christian Estrosi de “xénophobie municipale” et “d’électoralisme discriminatoire”

Photo : C.A. pour Rivieractu

“Viva!” veut “garantir la dignité pour toutes et tous.” Pour cela, la liste propose de “rétablir des toilettes et des douches gratuites” dans tous les quartiers : “La dignité, c’est l’hygiène, c’est l’image de soi.”

Autre point clé du programme de la formation de gauche, le logement : “C’est une priorité, parce qu’il s’agit d’un point de fragilité pour toutes les familles dès qu’il y a un accident de la vie.”

À LIRE AUSSI… Logement : Nice encore une fois dans le top 3 des villes les plus chères de France

Nice, cinquième ville de France, tourne autour de 12.7% de locations à vocation sociale, alors que la loi en exige 25%. “Ce n’est pas en sept-huit ans que l’on va combler le retard qui a été pris, mais on fera tout notre possible” poursuivent-ils.

“Dans le centre-ville, il y a une population dont on ne veut plus”

En matière de logements vacants (Nice en compte beaucoup), “Viva” veut “informer et mieux accompagner les petits propriétaires qui n’ont pas les moyens de payer une rénovation nécessaire à la mise en location de leurs biens.”

À LIRE AUSSI… “C’est inacceptable”: Nice, parmi les villes ayant le plus de logements vacants, dans le viseur du gouvernement

Concernant l’asphyxie du marché immobilier et à la fuite (contrainte) des familles hors de la ville, la liste “pense à des réquisitions, à de la préemption de logements ou de terrains.”

“C’est clair et assumé : dans le centre-ville, il y a une population dont on ne veut plus. La Ville mène une politique de redéploiement de la population” pointe encore David Nakache. “Ils décident de qui a le droit ou non de vivre dans la carte postale”

L’état des lieux, dévastateur, se poursuit : “Contre les SDF et les réfugiés, la Ville mène une politique ouvertement discriminatoire. Il n’y a qu’à voir les arrêtés anti-mendicité ou l’agressif mobilier urbain. Nous supprimerons les premiers, et retirerons les seconds.”

Transports pour tous

L’occasion ce jeudi, devant une salle très enthousiaste, de réaborder la proposition phare de la liste “Viva!”, la gratuité des transports en commun, “une vraie mesure de justice sociale”, dont nous vous parlions dans cet article de décryptage.

Développé par le colistier Cristôu Daurore, le volet éducation prévoit “une augmentation des places en crèche, dans une démarche de qualité, avec des personnels mieux valorisés.”

“Il y a une vraie urgence à faire une inspection des écoles et des restaurants scolaires, pour ensuite y mener les restaurations adéquates” a-t-il poursuivi.

“Des marges de manoeuvre” dans le budget

Des idées pleines de bons sentiments, mais avec quel argent?

C’est la tête de liste, l’avocate Mireille Damiano, qui prend le micro: “Évidemment, vous vous demandez avec quels sous on peut faire tout ça. Et bien vous savez, après avoir beaucoup étudié le budget municipal, on a de grandes marges de manoeuvre!”

“On va déjà baisser les coûts de l’évènementiel. On se retrouve avec des choses qui sont inaugurées trois ou quatre fois. Il y a trop de cérémonies, et elles coûtent trop cher, avance-t-elle.

De plus, les dérives sécuritaires absolues de l’équipe sortante doivent être stoppées.”

“On sait qu’il y a des contraintes, on n’est pas complètement Bisounours non plus” conclut Mireille Damiano, dans un sourire.

La présentation s’achève. “On est à 8%, on arrivera à 10%. Maintenant, c’est entre vos mains” lance la tête de liste.

Prochaine étape? “Viva!” présente le troisième pan de son triptyque, consacré aux questions de développement durable, le 4 mars à l’Espace Magnan.

Vous souhaitez partager une information avec la rédaction? Voici comment...
Actus, bons plans, échanges, photos,..., rejoignez les 4,500+ membres de notre groupe Facebook Nous, les Niçois!
Publicité
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ÇA POURRAIT VOUS INTÉRESSER
Total
0
Share