Durant tout l'été, vous pourrez profiter de trois exposi­tions sur des thèmes variés du côté de la célèbre Villa Arson. Un savant mélange entre la bande dessinée, la peinture et l'architecture.

Cet été, la Villa Arson fera partie des incon­tour­nables de Nice. Jusqu'au 25 août prochain, vous pourrez profiter de trois exposi­tions gratuites dans ce haut lieu de la culture niçoise. Ce site, réclamé par le ministre André Malraux dans les années 60, propose à ses visiteurs de parcourir des présen­ta­tions extrê­mement variées, allant de la bande dessinée à des concep­tions archi­tec­tu­rales, en passant par des tableaux presque mystiques. 

La première est intitulée "Qui a peur de Chantal Montellier". Un hommage à la scéna­riste et dessi­na­trice de BD à qui l'on doit entre autres "Wonder city", "Odile et les croco­diles", "L’Inscription" ou encore "Marie Curie : La fée du radium".

Mise en lumière de l'autrice Chantal Montellier

Par cette mise en avant, l'ambition des organi­sa­teurs est de remettre sous les projec­teurs les œuvres de l'autrice, qui a pu pâtir d'un manque de visibilité et d'une certaine défiance malgré ses parutions dans de grandes maisons d'édition comme Les Humanoïdes Associés ou Casterman. Vous retrou­verez notamment les planches de la période la plus proli­fique de sa carrière.

Deux collectifs italiens seront aussi sur le devant de la scène. Nous aurons tout d'abord le groupe d’architectes et de designers "Parasite 2.0". Ce dernier, origi­naire de Milan, propose aux curieux qui arpen­teront les jardins de la propriété une expérience visuelle singulière.

Entre architecture et mystique 

Entre art visuel, archi­tecture et mise en scène, vous apercevrez des concep­tions sortant de l'ordinaire, à la fois brutales et contra­dic­toires. L'âpreté du béton adoucie par la présence du textile, le gris contrastant avec des couleurs plus éclatantes, la rigueur de la construction en opposition à la sponta­néité du geste créateur… Un ensemble prénommé "Gently Brut" qui tisse un lien avec la villa pensée par Michel Marot.

Enfin, la troisième partie de la program­mation a pour objectif de vous faire partir à "La recherche de l’Œuvre Absolue", du nom de cette rencontre avec le trio d'artistes "Canemorto".

À LIRE AUSSI : Elle forme les artistes de toutes généra­tions : au coeur de la villa Thiole, une insti­tution à Nice 

Le parcours pour découvrir l'expo s'effectue en deux temps : un court-​métrage puis un cycle dédié à la peinture pour raconter une histoire, celle de Pierre-​Joseph Arson, qui a donné son patronyme au domaine après l'avoir exploité et embelli au XIXe siècle. Une plongée entre réalité et fiction qui vous permettra d'explorer les secrets enfouis de cette résidence.

En savoir +

  • 3 exposi­tions à la Villa Arson 
  • "Qui a peur de Chantal Montellier", "Gently Brut" et "La recherche de l’Œuvre Absolue"
  • Nice, 20 avenue Stephen Liégeard
  • Entrée gratuite
  • Ouverte tous les jours, sauf le mardi, de 14 à 18 heures, et jusqu'à 19 heures en juillet et en août 
  • Site Internet

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.