Le rassem­blement organisé par des proches d'Eric Zemmour est "inopportun", selon le député des Alpes-Maritimes.

L'heure de la mise au point. Depuis quelques jours, Eric Ciotti (Les Républicains) est accusé par certains médias, notamment Nice-​Matin ce 19 octobre, de faire son beurre sur l'atroce affaire Lola, cette adoles­cente de 12 ans retrouvée morte à Paris le 14.

"Ce drame est terri­fiant, a estimé l'élu niçois ce matin sur RTL. Il frappe dans une douleur indicible une famille. Il faut respecter le deuil de cette famille".

Tout en assurant qu'il ne compte pas parti­ciper aux marches organisées par des partis politiques : "C’est naturel­lement choquant. Ce rassem­blement (prévu par Reconquête, NDLR) me parait inopportun", a-​t-​il jugé. 

"Il y a une forme d'indécence"

Eric Ciotti, député du 06

"Si Reconquête a effec­ti­vement acheté des adresses web" pour commu­niquer sur l'assassinat, "c'est naturel­lement choquant".

Le député maralpin n'a pas non plus repris à son compte le terme de "francocide" utilisé par Eric Zemmour pour évoquer le meurtre.

M. Ciotti a pour finir demandé au gouver­nement de s'expliquer "sur sa politique migra­toire si défaillante".

D'autres polémiques

"La victime n'est même pas encore enterrée": une séquence média­tique a parti­cu­liè­rement fait parler cette semaine. Sur BFMTV, le journa­liste Bruce Toussaint s'est emporté contre l'un des cadres de Reconquête, le parti zemmou­riste, dénonçant là encore une récupé­ration politique d'une affaire criminelle.

Côté LR, on ne se distancie pas tellement pour autant de la polémique.

Mardi, le député des Alpes-​Maritimes Eric Pauget avait estimé à l'Assemblée nationale que le ministère de la Justice est "respon­sable" de la mort de Lola. "Une lourde consé­quence de (son) inaction" avait-​il lancé.

La principale suspecte est une femme de 24 ans qui était sous le coup d'une obligation de quitter le terri­toire français, une OQTF.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.