Premier bilan "plutôt positif" après une large campagne de dépistage de la Covid-​19 menée à Nice.

SANTÉ — La grande campagne de tests menée par la Ville touche à sa fin. Bilan des courses ? "Environ 50.000 personnes se sont inscrites, indique le Dr Philippe Seyral, président du labora­toire parte­naire Eurofins-​Labazur. On compte 1,5 % de positivité. Cela montre que le virus a peu circulé à Nice et qu’il ne circule quasiment plus."

"La région n’est pas une des plus atteintes, malgré le gros foyer épidé­mique en Italie" relève le médecin auprès de Nice-​Matin.

Toutes les conclu­sions n'ont toutefois pas pu être tirées de cette vaste campagne : "Est-​ce que le virus ne circule plus parce qu’il fait plus chaud, plus froid, plus humide ? Est-​ce que les symptômes qu’on a ressentis en février sont bien ceux du Covid-​19 ? Jusqu’à quand est-​on immunisé?" s'interrogent notamment encore les professionnels.

Les près de 8.000 formu­laires remplis par les personnes testées consti­tueront donc une matière précieuse pour les épidé­mio­lo­gistes de notre CHU.

Faut-​il pour autant s'estimer totalement sortis d'affaire ? "Il y a un risque avec le décon­fi­nement. On voit l’Allemagne qui se reconfine, l’épidémie continue aux Etats-Unis…"

Le Conseil Scientifique réuni par le gouver­nement estime même "très probable" une seconde vague de Covid-​19 à l’automne.

Et "la sérologie dit que vous avez rencontré le virus il y a au moins 14 jours. Mais vous pouvez être toujours conta­gieux. Il faut rester prudent" précise le Dr Philippe Seyral.

Dans un entretien au Monde, le ministre de la santé Olivier Véran a annoncé qu’un dépistage systé­ma­tique de la population va être expéri­menté afin d'éviter une seconde vague, pour les personnes volon­taires, dans des zones à risque.


Pour s'inscrire à un un test sérolo­gique avant le 30 juin, cela se passe sur le site de la munici­palité, par ici.

Réagissez