Le Parc national de Port-​Cros a pour ambition de préserver les milieux insulaires depuis 1963.

Constitué de l'île de Port-​Cros, d'espaces naturels, de l'île de Porquerolles et de plusieurs communes situées au bord de la Méditerranée, le Parc national de Port-​Cros, dans le Var, est considéré comme un labora­toire de gestion des milieux insulaires très important dans notre région. Il est d'ailleurs le premier parc marin créé en Europe, en 1963.

Il a pour vocation première de protéger le patri­moine naturel terrestre et marin du terri­toire en tant qu'établissement public. Il s'étend sur 1 700 hectares de terres et 2 900 hectares maritimes.

Pionnier des parcs naturels européens

Depositphotos 42904065 L
Illustration - Photo ©️ Depositphotos.com

Présenté comme un pionnier dans la liste des parcs européens, Port-​Cros comprend cinq communes en aire d'adhésion : La Garde, Le Pradet, Hyères-​les-​Palmiers, La Croix-​Valmer et Ramatuelle.

En matière de conser­vation du littoral, il œuvre en faveur d'un dévelop­pement durable, en se chargeant notamment de la sauve­garde de la flore sauvage et des variétés fruitières méditer­ra­néennes, en adminis­trant de Conservatoire botanique national méditer­ranéen de Porquerolles. Le site est aussi une escale de nombreuses espèces d'oiseaux migra­teurs, pour certains assez rares sur le bassin méditer­ranéen, comme le puffin, le faucon pèlerin et le cormoran.

L'espace bénéficie d'une diversité florale parti­cu­lière, avec 700 espèces recensées, dont certaines rares comme le genêt à feuille de lin. Tout autour, les chênes verts et les pinèdes recouvrent la roche.

Préserver les fonds marins

Idem pour la partie maritime : avec l'accord Pelagos, lancé en 1999, le parc abrite un espace protégé pour les mammi­fères, coordonné par la France, l'Italie et Monaco. Le parc a récemment été inscrit dans le réseau Natura 2000, assurant sa mission de protection envers les habitats et les espèces. 80 agents sont chargés de sa gestion tout au long de l'année.

La richesse des fonds marins est elle aussi incon­tes­table, avec plus de 180 espèces de poissons qui s'y abritent, sans oublier l'importance de l'herbier de posidonie qui s'y trouve et l'algue coral­ligène, deux écosys­tèmes prépon­dé­rants pour l'équilibre et la survie des espèces.

Lutter contre la surfréquentation du Parc national de Port-Cros

Ces beaux panoramas ne manquent pas d'attirer de nombreux touristes, avec 2 millions de visiteurs par an sur les îles de Port-​Cros et de Porquerolles. Mais c'est en période estivale que se concentrent les flux massifs, ce qui engendre malheu­reu­sement la surfré­quen­tation des sites et porte atteinte aux milieux protégés.

Face à ce constat, les diffé­rentes insti­tu­tions chargées de la gestion du parc ont depuis quelques années mis en place des actions, comme celle de Capt'île, permettant d'étudier les consé­quences du tourisme de masse afin de mieux les gérer en amont.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.