Les élus de la Métropole vont s'entourer d'experts et de citoyens pour prendre leurs prochaines grandes décisions en matière d'écologie et de dévelop­pement durable.

Vous allez avoir, en principe, voix au chapitre !

Le 14 décembre, le conseil métro­po­litain niçois a voté en faveur de plusieurs mesures et actions pour lutter contre le dérèglement du climat, créant des outils parti­ci­patifs. On vous explique tout. 

Une "convention citoyenne" chez nous

La première vous concerne vous, habitants des 51 communes de la Métropole. En janvier va être lancé un appel à candi­da­tures. Celui-​ci sera à retrouver en ligne. A quoi cela va-​t-​il servir ? Après une sélection au tirage au sort, 100 citoyens seront formés aux enjeux clima­tiques locaux. 

Ensuite, ils prendront part au débat terri­torial sur les sujets liés à cette problé­ma­tique planétaire. 

Dans le même temps, ils établiront une stratégie visant à sensi­bi­liser le reste de la population à cette lutte perpé­tuelle afin de protéger l'environnement.

Il convient d’ajouter que ce panel sera renouvelé tous les ans. 

Un nouveau conseil d'experts

L’autre changement inter­vient avec la mise en place d’un "Haut Conseil pour le climat". La Métropole indique que ce groupe sera constitué de plusieurs spécia­listes — non-​rémunérés — dans divers domaines tels que la géographie, les océans, l’économie verte, l’alimentation ou encore la sécurité.

Réunie "deux fois par an", cette commission aura pour objectif de jouer un rôle dans la stratégie et la politique adoptées par Nice Côte d'Azur en matière de transition écologique. 

Elle devrait donc en toute logique avoir un impact sur les mesures locales mises en œuvre à l’avenir, même si l'organe reste consultatif.

L'opposition sceptique

Ce nouveau "Haut conseil" a fait réagir les élus de l'opposition. "Les annonces se suivent et trop souvent se ressemblent" a taclé Juliette Chesnel-​Le Roux, prési­dente de Nice Écologique.

"La Métropole crée des comités en doublons et ne les fait pas fonctionner. Qu'est devenu le Conseil de Métropole pour le climat lancé en fanfare en 2019 ? Il ne s'est réuni qu'une seule fois par an. Ne décevons pas les attentes des citoyens".

Tout en rappelant ce qu'a fait le gouver­nement avec la Convention citoyenne pour le climat, qui a accouché d'une souris et déçu ses parti­ci­pants : "très peu de propo­si­tions ont été reprises, d'autres ont été dénaturées ou édulcorées".

"Ça ne mange pas de pain comme initiative, mais nous nous abstien­drons" a-​t-​elle conclu.

En réponse, le président de Nice Côte d'Azur Christian Estrosi a reconnu que le dispo­sitif national n'a pas été fameux, "mais nous sommes souvent plus efficaces en la matière au niveau local".

"Je pense qu'il faut accélérer. Ce que nous ne ferons pas dans les cinq ans à venir, ce seront trente ans de perdus".

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.