Le vice-​président du conseil dépar­te­mental chargé de l'emploi et de l'insertion fait le point sur la gestion du Revenu de solidarité active (RSA). Bernard Chaix fait notamment état de "20 millions d'euros d'économies".

D'après l'opposition centriste, le Département 06 ne serait "pas assez social". "Je ne peux pas laisser dire ça, c'est faux" répond Bernard Chaix, au micro de Nice-​Presse et RCF Radio ce jeudi 8 février. "C'est nous qui finançons les associa­tions chargées de l'insertion des bénéfi­ciaires du RSA".

"Nous avions 19.000 alloca­taires il y a un an, nous en perdons 1.000 à ce jour. Sur un budget de 145 millions d'euros, nous écono­misons 20 millions cette année. Notre politique de remise au travail est donc très performante". 

IMG 1289

"Mon boulot est de faire que ce qui ont droit à cette aide puissent la perçoivoir, et que les autres ne la reçoivent plus. Ce sont des économies obtenues sur nos impôts. Vous êtes écartés si vous ne respectez pas vos devoirs : l'an passé, nous avons prononcé 20.000 suspen­sions. Elles ne sont pas toutes défini­tives".

En 2022, trois millions d'euros de fraude avaient pu être récupérés. "Nous en sommes au même niveau en 2023".

"Dès que vous entrez dans le dispo­sitif du RSA dans les Alpes-​Maritimes, en moins de 15 jours, vous avez un agent ou un presta­taire qui est mobilisé auprès de vous. Nous avons lancé une nouvelle initiative sur l'aide à la garde, pour le retour à l'emploi des mères d'enfants en bas-​âge".

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.