Nice vient d'être désignée parmi les lauréates de l’appel à candi­da­tures « Choc de moder­ni­sation » du Centre national du Cinéma et de l’Image animée (CNC).

Lire aussi : INTERVIEW. Nice : comment Henry-​Jean Servat veut décon­finer le cinéma

Une bonne nouvelle vient donner de l'épaisseur aux ambitions de la munici­palité pour les studios de la Victorine. La Ville de Nice vient d'être choisie parmi 120 candi­da­tures pour recevoir un bel investissement. 

Une enveloppe de 10 millions d'euros sera partagée entre les 20 projets soutenus par le comité de sélection du Centre national du Cinéma et de l’Image animée (CNC). L'objectif ? Favoriser le finan­cement de studios de tournages et d’infrastructures numériques afin d'attirer les produc­tions françaises et étran­gères. Le tout dans le respect du dévelop­pement durable. 

À cette occasion, Christian Estrosi a d'ailleurs rappelé ses grandes ambitions pour le 7ème art dans notre commune : "En devenant lauréate de cet appel à candi­da­tures, Nice confirme la place majeure de ses studios sur la carte nationale des équipe­ments struc­tu­rants d’accueil de produc­tions cinéma­to­gra­phiques et audio­vi­suelles. Les studios azuréens gagnent en outre en notoriété à l’échelle européenne et à l’international. "

Trois pôles d'activités vont être valorisés par cette subvention du CNC : "le pôle studios avec des inves­tis­se­ments consé­quents pour poursuivre leur moder­ni­sation, le pôle forma­tions pour accueillir les nouvelles généra­tions de techni­ciens et de créateurs du cinéma et le pôle d’accueil d’entreprises."

Retour à la vie

Rapellons que nos studios accueilleront, dès octobre 2021, la section des forma­tions continues de la presti­gieuse École nationale supérieure Louis-​Lumière. « Nous ramenons de la vie dans un lieu mythique, légen­daire qui mourrait un peu » se réjouit auprès de Nice-​Presse l’écrivain Henry-​Jean Servat, subdé­légué au cinéma. En 2022, « un Master totalement innovant sur la création immersive (la réalité virtuelle par exemple, NDLR)» sera même proposé, en parte­nariat avec l’Université Côte d’Azur.

« L’attractivité de Nice a joué pour faire aboutir ce beau projet » nous détaille l’ancien chroni­queur culture de Télématin (France 2). « Vous avez une ville scintillante, attirante, des struc­tures réamé­nagées (un million d’euros engagé, NDLR) au sein desquelles ont été tournés des chefs-d’œuvre du cinéma français (Les Enfants du paradis, La Folle de Chaillot, La Nuit améri­caine…), que demander de plus ? »

Réagissez