Entre Renaud Muselier pour Les Républicains, le désormais favori Thierry Mariani pour le Rassemblement national ou encore Jean-​Laurent Félizia de l'union de la gauche et des écolos, têtes d'affiche de cette campagne, vous êtes peut-​être passés à côté des "petits candidats" de cette élection régionale en Paca. On fait les présen­ta­tions si c'est le cas.

🗳️ Suivez toute l'actu des élections régio­nales en Provence-​Alpes-​Côte d'Azur avec notre page spéciale

Lutte ouvrière

Avec Isabelle Bonnet, la liste du parti trots­kiste cherche à faire entendre le camp des travailleurs, tout "en contestant la gestion capita­liste et en reven­di­quant le contrôle de l’économie".

Enseignante à Marseille, elle avait recueilli 1,48% des suffrages lors du précédent scrutin, en 2015.

Les écolos dissidents

Lorsque l’union EELV-​PS-​PCF s'est formée, Jean-​Marc Governatori et Cap écologie ont fait sécession, mécon­tents de cette alliance avec la gauche. 

Partis former la liste "L’écologie au centre" ils comptent axer leurs priorités sur "la qualité de vie des cinq millions d’habitants" de la région avec un position­nement qui se veut aussi anima­liste et citoyen.

Jean-​Marc Governatori s'était lui aussi présenté en 2015, et avait obtenu 4,15% des voix au premier tour.

"Zou, la liste qui vous débarrasse du système"

C’est Valérie Laupiès, ex-​RN et conseillère régionale sortante qui est en la tête de liste. L'idée est de donner de la visibilité à Éric Zemmour. La formation est soutenue par la Ligue du Sud de Jacques Bompard, condamné à cinq ans d'inéligibilité pour prise illégale d'intérêts.

"Je considère que ce n'est pas les consignes de l'Union Européenne que nous devons suivre, mais les besoins des acteurs locaux"

Valérie Laupies, la tête de liste, sur France 3

"Un nôtre monde"

Une liste qui n'appartient à aucun parti existant et dont le position­nement est qualifié de "divers" par le ministère de l'Intérieur. Elle est soutenue par deux collectifs contes­ta­taires de la crise sanitaire : la Fédération citoyenne et Reinfo covid.

En Provence-Alpes-Côte-d'Azur, c’est Mikael Vincenzi qui est en tête de liste, un développeur Web freelance devenu naturo­pathe spécialisé dans l’accompagnement alimen­taire. Il se présente aussi comme un conseiller en qualité de l’air.

Pour ce qui est du programme, il n’y a aucune mention des lycées, des trans­ports, ou de l’aménagement du terri­toire. De fait, leurs mesures portent sur le citoyen qu’il faut remettre au cœur de l’Etat. Il s'agit d'une candi­dature "citoyen­niste" qui veut mettre en place un modèle de gouver­nance partagée.

"Rassemblement de la droite républicaine"

On y trouve le candidat Noël Chuisano, ingénieur en travaux publics et conseiller municipal d’opposition à Manosque.

La liste se présente comme étant "indépen­dante, pour une alter­nance saine et salutaire dans une région en proie aux tambouilles politi­ciennes de bas étage", explique le président de Debout la France Nicolas Dupont-​Aignan, qui fait partie de ses soutiens.

Noël Chuisano avait réuni 1,95% des voix en 2015.

"Oui la Provence !"

C’est la liste régio­na­liste des élections. Menée par Hervé Guerrera, elle constitue la "surprise", ayant été déposée à la dernière minute le 17 mai en fin de journée.

Elle regroupe plusieurs person­na­lités de la région : en tête, on retrouve cet ex-​conseiller régional, accom­pagné de l'artiste Ben Vautier, de l'ancien maire de Vallauris Michel Ribero, et de la chanteuse occitane Zine. Elle promet de rendre la région plus autonome et de militer pour une affir­mation des identités cultu­relles et histo­riques, notamment la promotion de la langue d'Oc.

Réagissez