La motion de rejet déposée par les écolo­gistes a été votée, lundi 11 décembre, par une majorité de députés, emportant l’adhésion de la gauche, de la droite et de l’extrême droite. Ce que le maire de Nice (majorité prési­den­tielle) condamne.

"Jamais je n’aurai pensé que ceux (Les Républicains, nda) qui se préten­daient encore les héritiers d’une grande famille politique (le RPR puis l'UMP, nda) portée par Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy puissent se radica­liser en joignant leurs voix à celles de l’extrême droite pour soutenir une motion proposée par la NUPES", l'union de la gauche.

Lundi, Christian Estrosi a vivement dénoncé l'opposition de la droite au projet de réforme de l'immigration porté des mois durant par le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin.

"Cela va priver nos communes de pouvoir procéder à 5.000 expul­sions dans les Alpes-​Maritimes" anticipe-​t-​il. "(Les LR) devront rendre des comptes face à la gravité de ces crimes et délits — notamment en matière de drogue, terro­risme, antisé­mi­tisme — qui ne cesseront de se repro­duire inéluctablement".

"Fidélité à nos valeurs"

Eric Ciotti
[© DR]

Au contraire, les Républicains se félicitent de ce revers du gouver­nement. Le hasard fait que l'échec du projet de loi coïncide avec le premier anniver­saire de l'élection d'Eric Ciotti à la prési­dence de cette famille politique.

Dans un commu­niqué, le patron des LR s'est félicité d'incarner une "position d'opposition cohérente (…) dans la fidélité à nos valeurs".

Au sujet du "texte Darmanin", le député de Nice-​Centre dénonce une idée "dénaturée", symbole de "l'impuissance du 'en-​même-​temps'." "Nous appelons désormais à la poursuite des débats".

"Je ne doute pas que, l'an prochain, à la même date, nous aurons l'occasion de nous féliciter d'avoir accompli plus encore sur le chemin du renouveau. Le chemin de nos futures victoires".

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.