L'opposition écolo­giste reproche à Christian Estrosi le niveau des débats au conseil municipal de Nice, mais aussi ses critiques adressées aux villes adminis­trées par les Verts, à tort d'après lui.

  • Jean-​Christophe Picard est conseiller municipal et métro­po­litain du groupe "Nice Écologique"
  • Le texte ne reflète que la position de son auteur

"— Lors du conseil municipal du 14 juin 2023, je suis intervenu au nom du groupe écolo­giste sur le compte adminis­tratif 2022.

Le maire de Nice aurait pu répondre à mon analyse. Il aurait pu, par exemple, expliquer pourquoi la dette communale a augmenté de 43% depuis son élection, en 2008, alors que les compé­tences de la ville ont été massi­vement trans­férées à la Métropole. De même, il aurait pu révéler sa stratégie pour sortir la Ville du suren­det­tement puisque la durée de vie de la dette dépasse désormais le seuil critique de 15 ans…

Christian Estrosi a préféré lancer une diversion minable. Alors que la dette de Nice par habitant est de 1.517 euros, il a choisi de s’en prendre à la ville de Lyon dont la dette par habitant est pourtant de… 725 euros !

Inventant une solidarité aveugle entre le groupe écolo­giste de Nice et le maire écolo­giste de Lyon, Christian Estrosi a fustigé la politique cultu­relle de cette ville : "Que quelques hurlu­berlus expriment le besoin de se mettre nus et à quatre pattes pour copuler avec une rhubarbe, c’est une chose, mais qu’ils soient subven­tionnés par la mairie de Lyon pour faire cela devant des enfants, pour moi, cela devient un problème !" 

Le maire de Nice faisait référence à un tweet diffusé, le 13 juin 2023, par un élu LR, Pierre Oliver. Plusieurs médias ont, depuis abondamment fact-​checké cette infor­mation bidon : Le HuffPost, France 24, Libération, France Info, etc. Pour résumer, le montage vidéo qui circule a été fait il y deux ans et montre un spectacle qui, d’une part, n’avait pas vocation à être présenté devant des enfants et, d’autre part, n’était absolument pas subven­tionné par la ville de Lyon. L’amalgame vient du fait que la troupe a sollicité, pour la première fois, une subvention pour l’année 2023 (pour de futurs projets artis­tiques donc). La commission culture de la ville, qui comprend deux élus de l’opposition LR, a donné - à l’unanimité - un avis favorable à cette troupe qui est, par ailleurs, également subven­tionnée par l’État. Il est donc faux de dire que ces artistes sont soutenus uniquement par les écolo­gistes de Lyon.

Pierre Oliver lui-​même a rétro­pédalé puisqu'il assure désormais "n'avoir jamais dit que la subvention publique allait subven­tionner ce spectacle mais qu'elle allait financer une troupe qui propose ce type de projet". Ce n’est pas tout à fait la même chose.

Mais le plus drôle est ailleurs : une perfor­mance similaire a récemment eu lieu à… Nice !

En effet, l’exposition Devenir Fleur a été organisée au Mamac, du 10 novembre 2022 au 30 avril 2023. La direc­trice de ce musée présentait l’exposition ainsi : "On va croiser des œuvres où les artistes montrent cette volonté de rentrer en commu­ni­cation avec le vivant végétal, avec la nature, jusqu’à parfois prêter des inten­tions aux plantes ou jusqu’à trouver une forme d’érotisme aux plantes et au végétaux". 

Devenir Fleur comprenait ainsi une séquence vidéo intitulée Pteridophilia de l’artiste Zheng Bo. Voilà ce qu’en disait Nice-​Matin, le 19 décembre 2022 : "Le Chinois Zheng Bo, défini comme un artiste ecoqueer, filme pour sa part six jeunes hommes durant de surpre­nants corps à feuilles érotiques avec des fougères, en pleine forêt subtro­picale de Taïwan". 

Bref, cette polémique sur la politique cultu­relle lyonnaise n'avait vraiment pas lieu d'être !

Hélas, ce dérapage de Christian Estrosi lors de l’examen du compte adminis­tratif 2022 n’est pas isolé. Lors de la séance du 31 mars 2023, Christian Estrosi avait déjà complè­tement craqué. Il s’en était ainsi pris aux conseillers municipaux écolo­gistes en des termes inaccep­tables : "Je n’ai donc pas de leçon à recevoir de la part d’élus de la NUPES qui vouent un culte sans borne à l’ancien dictateur vénézuélien Hugo Chavez et à l’ancien dictateur cubain Fidel Castro et à leurs sbires". 

Le maire de Nice avait également lancé de graves accusa­tions contre une élue du groupe écolo­giste : éÉcoutez, Madame Granouillac, je sais qu’un jour, vous viendrez avec des machettes et des armes par desti­nation ici avec vos copains de l’ultra gauche et les alter­mon­dia­listes, mais tant que je serais là, je ferai respecter l’ordre !"

Chacun peut constater que les séances du conseil municipal sont de plus en plus lunaires. Cette Schiappanisation des débats est désas­treuse, à plus d’un titre. Elle donne une piteuse image de notre ville et contribue un peu plus à dégouter les citoyens de la Politique. —"

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.