Le phénomène de hausse des attaques au couteau se confirme en France, sans épargner la capitale des Alpes-Maritimes.

Samedi 6 août, des adultes, enfants et adoles­cents se sont battus à l'arme blanche dans le quartier de l'Ariane, au Nord de Nice. Plusieurs blessés sont à déplorer, comme le relève BFM Côte d'Azur. Personne n'a été arrêté et aucune plainte n'a été déposée.

Plus tôt cette semaine, le 2 août, Nice-​Presse rapportait qu'une rixe dans le quartier de la Libération avait blessé un Ukrainien. Dans la nuit du 15 au 16 mars, une personne trans­genre était sauva­gement agressée secteur Gambetta. En décembre, un homme recevait "30 coups de coups de couteau" dans le centre-ville…

Ce n'est pas la première période au cours de laquelle ce type de faits éclatent coup sur coup dans notre ville. L'été du décon­fi­nement, en 2020, ils avaient drama­ti­quement rythmé l'été azuréen — au moins 24 attaques rien qu'entre janvier et août, faisant une trentaine de blessés et trois morts, d'après un décompte de Nice-​Presse.

Tant et si bien que le procureur avait décidé du placement en garde à vue automa­tique de tout individu qui serait surpris à en porter un dans l'espace public.

Rebelote en 2021, avec une "forte proportion d'individus armés", comme le constatait un policier municipal dans nos colonnes.

Niveau d'attaques "au sommet"

"Le contexte de ces attaques a changé. Ce phénomène n’est plus seulement réservé aux quartiers mal fréquentés (…), le terro­risme n’est également plus du tout majori­taire dans ces affaires" notent nos confrères de CNEWS"L’une des expli­ca­tions de ce fléau est la facilité d’accès et d’utilisation de ces armes."

Le niveau des homicides et tenta­tives se situe "à un sommet" depuis les trois dernières années, note le crimi­no­logue Alain Bauer dans "Le Figaro". "Le climat de violence devra être confirmé ou pas, par les outils de contrôle. Pour l'instant, la tendance est assez mauvaise."

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.