Selon une note des services du rensei­gnement citée par Europe 1, des incidents liés à l'interdiction de l'abaya ont été signalés dans plusieurs villes françaises, dont Nice, mais ils restent très limités à l'échelle nationale. 

Au lycée Apollinaire de notre ville, une jeune fille a tenté de porter l'abaya sous ses vêtements pour contourner la mesure.

D'autres cas de refus de se conformer à cette prohi­bition ont également été rapportés, tels que celui d'une élève de 6e au collège Jules-​Verne à Maubeuge et celui d'une autre au lycée Descartes, à Champs-sur-Marne. 

Au total, 513 établis­se­ments ont été identifiés comme poten­tiel­lement concernés par cette question, et des personnels formés sur les questions de laïcité y ont été déployés. La mesure n'a donné lieu à "aucun incident" le jour de la rentrée, assure de son côté la Première ministre Elisabeth Borne.

À Nice, la vigilance est de mise après que des prières islamiques ont été signalées dans des cours de récréation. Elles avaient déclenché une enquête du ministère de l'Éducation nationale, le 16 juin.

Le maire, Christian Estrosi (Horizons) a annoncé le 1er septembre le lancement prochain d'une opération pédago­gique, "Bancs des copains", pour mobiliser parents comme enfants autour de la défense de la laïcité.

Sur demande du député de Nice-​Centre et président des Républicains Eric Ciotti, le port de l'uniforme devrait être testé dans des collèges des Alpes-​Maritimes après l'automne.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.