Le nombre d'accidents en mer durant l'été dernier est resté à un niveau "très élevé", selon le Centre régional opéra­tionnel de surveillance et sauvetage Méditerranée (Cross Med).

Entre mai et septembre, 33 personnes sont décédées, dont trois suite à un malaise ou un accident, 13 en se baignant et six en plongée. De plus, 223 autres personnes ont été blessées. Malgré une diminution de 7,1 % des inter­ven­tions par rapport à l'année précé­dente, les chiffres restent préoccupants. 

Les respon­sables du Cross Med soulignent cette semaine que de nombreux accidents étaient causés par des compor­te­ments irres­pon­sables, tels que partir en mer sans vérifier la météo, être alcoolisé ou sous l'influence de stupéfiants. 

Après la pandémie et les confi­ne­ments, de nombreuses personnes se sont préci­pitées vers le littoral pour profiter de loisirs nautiques, mais sans expérience ni prépa­ration adéquate. Cela aurait également entraîné une augmen­tation d'activités non déclarées et moins sécurisées. Les respon­sables appellent à une plus grande sensi­bi­li­sation et à une meilleure préparation.

Les accidents de plongée ont augmenté, avec 149 cas au total, dont 122 avec bouteilles, soit une hausse de 10 %. 

Le vice-​amiral en charge, cité par BFM Marseille Provence, prévoit d'interdire les jetskis dans les aires marines protégées et propose une réflexion sur une évolution du permis-​bateau et des réglementations. 

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.