Le ministère de l'Intérieur vient de présenter les évolu­tions de la délin­quance enregistrée en France en 2023 dans chaque dépar­tement. Voici les chiffres à retenir pour les Alpes-Maritimes. 

L'insécurité en hausse dans le terri­toire maralpin ? Ce mercredi 31 janvier, le ministère de l'Intérieur a dévoilé les premières données de la délin­quance dans les dépar­te­ments français en 2023. Et dans les Alpes-​Maritimes, certains méfaits sont en hausse… 

Dans son rapport, Beauvau recense les faits de délin­quance comme les vols avec ou sans violence, les coups et blessures volon­taire, les violences sexuelles, les cambrio­lages et les dégra­da­tions. Des données statis­tiques basées sur des "fourchettes", mais qui pointent tout de même une hausse des méfaits dans les Alpes-​Maritimes, plus qu'ailleurs.

Les violences avec coups et blessures volontaires en hausse

En 2023, les violences avec coups et blessures volon­taires ont augmenté entre 0 et 12,5 % dans notre dépar­tement par rapport à 2022. Sur 1.000 habitants de plus de 15 ans, entre 6,8 et 9,7% de faits réper­toriés sur se sont déroulés dans les Alpes-Maritimes. 

Il s'agit du niveau le plus haut à l'échelle nationale, identique aux Bouches-​du-​Rhône, à Paris, à la Marne, à la Seine-​Saint-​Denis, au Nord et au Pas-de-Calais.

Notons que ce n'est pas l'augmentation la plus impor­tante. Avec une hausse supérieure à 12,5 % en un an, les dépar­te­ments de la Picardie, la Côte-d’Or ou encore de l'Ardèche recensent le plus de coups et blessures volontaires.

Les faits de violences sexuelles en hausse

Mais les Alpes-​Maritimes enregistrent une augmen­tation signi­fi­cative des violences sexuelles. Entre 2022 et 2023, le dépar­tement a enregistré une hausse de plus de 16,1%. Notre terri­toire fait partie des 68 dépar­te­ments où ces faits ont augmenté.

Malgré une augmen­tation estimée entre 0 et 56,2% des vols violents sans armes dans les Alpes-​Maritimes sur un an, avec une moyenne de 0,7 à 1,2 fait pour 1 000 habitants, le niveau reste inférieur à la moyenne nationale. En France, les faits enregistrés ont globa­lement diminué de 8%, avec des baisses signi­fi­ca­tives dans 26 dépar­te­ments, dont Paris (de plus de 20%).

Toujours des cambriolages, mais moins qu'ailleurs

Si l'augmentation nationale des cambrio­lages de logements est d'environ 3%, les Alpes-​Maritimes affichent une hausse estimée entre 0 et 22,8% entre 2022 et 2023. La fourchette statis­tique de 3,5 à 5 faits pour 1.000 habitants dans le dépar­tement reste inférieure à celle d'autres régions comme les Bouches-​du-​Rhône, la Loire-​Atlantique et le Rhône. Dans ces dépar­te­ments le taux peut atteindre jusqu'à 11,6 faits pour 1 000 habitants.

Dans le dépar­tement, le nombre personnes victimes d'escroqueries (hors Internet) reste à un niveau élevé, avec 5,9 et 7,7 victimes pour 1 000 habitants. Une évolution d'un peu moins de 10% en un an.

À LIRE AUSSI : Nice : la Ville va installer des bornes d'appel d'urgence devant les stades et les complexes sportifs

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.