Sept Français sur dix ne sont "pas satis­faits" de la nouvelle compo­sition de l'Assemblée nationale, 65% d'entre eux estimant que la décision de dissoudre la chambre basse fut "mauvaise", selon un sondage Elabe pour BFMTV paru mercredi.

Le 12 juin, trois jours après l'annonce d'élections légis­la­tives anticipées, une majorité de 58% estimait pourtant qu'il s'agissait d'une "bonne décision" de la part du chef de l'Etat.

Après les résultats de dimanche qui ont mis en évidence trois blocs - alliance de gauche, macronie, extrême droite - dans le nouvel hémicycle, 74% des personnes inter­rogées consi­dèrent que le pays n'est "pas gouvernable".

Le Nouveau Front populaire (190 députés) est le camp qui "sort le plus renforcé des élections légis­la­tives" pour 35% des Français, suivi de près par le Rassemblement national et ses alliés (30% des sondés), alors que le parti lepéniste est arrivé troisième avec 143 députés, mais a recueilli le plus grand nombre de voix et gagné une cinquan­taine de parle­men­taires en deux ans.

La macronie (160 élus) n'est désignée la gagnante du scrutin que par 5% des sondés, 28% d'entre eux estimant qu'aucun camp ne sort renforcé.

A propos des contours des coali­tions qui pourraient diriger le pays, une alliance entre la macronie, les partis de gauche - PS, PCF, EELV, mais sans LFI - et Les Républicains est plébis­citée par 39% des Français.

Une alliance entre macronie et LR, sans person­na­lités de gauche, arrive en seconde position (34%), suivie d'un gouver­nement "exclu­si­vement de person­na­lités de gauche", y compris insou­mises (30%).

Une coalition entre camp prési­dentiel et l'ensemble du NFP - LFI compris - mais sans LR est réclamée par 25% des Français, une coalition comprenant l'ensemble du NFP, la macronie et LR étant vue favora­blement par 24% des sondés.

Un Français sur deux estime en outre que si le NFP se met d'accord sur une person­nalité à proposer comme Premier ministre, Emmanuel Macron doit la charger de former un gouvernement.

Parmi les person­na­lités pour s'installer à Matignon, le sortant Gabriel Attal recueille le plus d'approbation (38%, +3 points depuis le 27 juin), suivi de Jordan Bardella (35%, -2 points), Raphaël Glucksmann (31%, +6 points), François Ruffin (26%, +7 points), Olivier Faure (24%, non testé lors de la précé­dente étude) et François Bayrou (24%, +8 points).

Etude réalisée sur internet les 9 et 10 juillet auprès d'un échan­tillon de 1.002 personnes, repré­sen­tatif des résidents de France métro­po­li­taine âgés de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur entre 1,4 et 3,1 points.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.