Localisée à une vingtaine de minutes de Nice, la commune de Gattières occupe aujourd’hui un bout d’éperon à environ 300 mètres d’altitude. Une belle bourgade ancienne où le patri­moine est dûment préservé.

Lire aussi : Les sublimes villages perchés de la Côte d'Azur

Moins de 24 kilomètres séparent Nice et Gattières. Que diriez-​vous donc de profiter des derniers rayons du soleil de 2023, mais aussi des vacances scolaires, pour programmer une balade dans la localité maralpine ?

Gattières
Photo : © Frédéric Aguilhon - Métropole

Vous tomberez sur un village perché sur une colline à 295 mètres d’altitude, dominant le fleuve Var. Il existe deux reliefs plus marqués, la montagne du Chiers à l’Ouest (962 mètres) et le sommet du Perséguier (907 mètres) plus au centre. 

Lorsqu’on se déplace dans les jolies ruelles médié­vales, on est assez rapidement captivé par la construction de la commune, dont la structure partiel­lement concen­trique témoigne du rôle défensif qu’elle a eu par le passé. 

Gattieres 04
Photo : Olivier Cleynen /​ Commons

Un territoire marqué par les batailles

Les premières traces de son histoire remontent à 1037. Un lieu habité portait alors le nom de Villa Gaterias. Dans les archives, on peut également lire que cet endroit était fortifié en 1235. Un renfor­cement qui n’est pas innocent car de 1338, lorsque le terri­toire devint une enclave savoyarde tout près de la frontière française, à 1760, quand fut ratifié un traité entre les royaumes de Sardaigne et de France, ce secteur a connu énormément d’incursions armées. 

Positionnée sur un empla­cement straté­gique, Gattières fut donc le théâtre de nombreuses opéra­tions militaires à cette époque. Autre date marquante, 1892. Elle correspond à la construction du pont de la Manda et au passage de la voie des chemins de fer du Sud de la France, deux événe­ments qui ont permis à la collec­tivité de rompre son isolement. 

Enfin, en 1944, plusieurs Gattiérois ont été arrêtés par les Allemands, dont Ange Grassi et Séraphin Torrin, torturés puis pendus par la Gestapo. 

Aujourd’hui, en se baladant à travers la ville, on peut observer de petites places fleuries et de sublimes fontaines anciennes. Les vieilles maisons à arcades ne manquent pas de charme, étant magni­fiées par les façades et des portes du XVIIIe siècle parfai­tement rénovées, préservées et mises en valeur.

N’hésitez pas lors de votre passage à rendre visite aux boutiques artisa­nales : peinture sur soie, sculp­tures, ébénis­terie ou encore fer forgé.

Autour de la munici­palité, laissez-​vous envoûter par larges plaines agricoles offrant une grande variété de légumes et de fruits : pommes, cerises, poivrons, courgettes, auber­gines, mais aussi des tomates.

Un magnifique panorama sur la vallée du Var

Concernant le patri­moine, les églises Saint-​Nicolas (XIIIe siècle) et Sainte-​Blaise (XVIIe) font partie des monuments à contempler, tout comme les chapelles Notre-​Dame-​du-​Var (XVe) et celle du Château-​de-​la-​Bastide, sans oublier le lavoir des Fontaines. Arrêtez-​vous place des Ormeaux, pour admirer un point de vue à couper le souffle sur la vallée du Var côté montagnes.

Un programme très chargé qui mérite bien une halte dans l’un des meilleurs restau­rants de la cité. Nous pouvons évoquer dans cette section Mounta Cala, le 1017 ou le Pass’ à Table, tous salués par la clientèle.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.