À Nice, la majorité prési­den­tielle accuse les médias d'avoir "obéi à l'extrême droite" en annulant deux débats télévisés. C'est en fait la consé­quence d'une volonté de la candidate LR-​RN de ne pas se rendre à ces émissions.

Il y a de l'orage dans l'air du côté de la cinquième circons­cription maralpine. En ce moment, les diffé­rents médias niçois, dans chacun des secteurs, mettent sur pied les tradi­tionnels débats télévisés entre candidats. Là où ça coince, c'est dans la Plaine du Var. L'ex-députée Christelle d'Intorni - étiquetée Les Républicains et soutenue par le Rassemblement national - refuse de s'y rendre.

BFM Nice Côte d'Azur, parmi les antennes qui proje­taient d'organiser ces échanges, a choisi de renoncer pour ce qui est de la 5e circons­cription, nos confrères estimant que cela n'aurait pas de sens en l'absence de la sortante. Même s'ils regrettent "une décision qui nuit à l'exercice démocratique".

De son côté, France 3 nous indique avoir opté pour la sixième circons­cription plutôt que pour la cinquième, "pour des raisons d'intérêt éditorial". Tous les secteurs "feront l'objet d'un reportage de présen­tation, avec leurs enjeux" précise le rédacteur-en-chef.

"Ce précédent est d'une gravité extrême"

"J'aurais souhaité que les rédac­tions fassent le choix de maintenir les débats avec les candidats courageux et démocrates" note Gaël Nofri, candidat de la majorité prési­den­tielle, dans un commu­niqué transmis ce jeudi 20 juin.

"En annulant purement et simplement (ces émissions) à la demande exclusive de l'extrême droite, les médias parti­cipent à une remise en cause préoc­cu­pante de la démocratie, et flouent les électeurs de notre circonscription".

"Ce précédent est d'une gravité extrême et tous les démocrates qui sont attachés aux débats d'idées devraient s'en inquiéter". Conséquence de quoi, cet adjoint au maire Nice indique avoir saisi "immédia­tement" à ce sujet l'Arcom, l'Autorité de régulation du secteur. "La nécessité d'une presse libre et indépen­dante est un prérequis essentiel à la vie politique de notre pays".

WhatsApp Image 2024 06 20 at 09.57.55
Communiqué de presse de Gaël Nofri, le 20 juin

La saisine concerne la décli­naison azuréenne de BFM, mais aussi le bureau de France 3. Des médias locaux qui n'ont pas grand chose à craindre du gendarme de l'audiovisuel pour deux raisons : le temps de parole doit être respecté, mais chaque support décide souve­rai­nement de la couverture mobilisée pour la campagne : les débats ne sont imposés à personne. Deuxièmement, le caractère extrê­mement précipité de ces scrutins incite l'Arcom à une mansuétude parti­cu­lière à l'égard des journalistes.

L'ambiance se tend chaque jour davantage entre les deux candidats. Mercredi, Christelle d'Intorni annonçait avoir saisi la justice au sujet de SMS envoyés aux électeurs et annonçant à tort son exclusion des Républicains. Textos dont elle soupçonne le camp adverse d'être à l'origine.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.