Le nouveau film de Nicolas Bedos sera bientôt en salles ! Tourné à Nice ses alentours, Mascarade aligne un casting cinq étoiles avec Pierre Niney ou encore Isabelle Adjani. 

Lire aussi : "Mascarade", film tourné à Nice : tout le monde en parle, mais vaut-​il le coup ?

"C'est un film dédié aux Niçois" a promis son réali­sateur sur les réseaux sociaux. À l'occasion du festival Cinéroman, qui s'est tenu dans notre cité du 5 au 9 octobre, Nicolas Bedos a pu présenter son nouveau-​long métrage Mascarade qui sortira au cinéma le 1er novembre prochain. 

Il en a également profité pour souligner son enthou­siasme d'être à nouveau ici chez nous. Il avait été président du jury de ce rendez-​vous l'an dernier.

Lire aussi : "Los Angeles européenne": Cinéroman, festival d'une Nice en pleine mutation culturelle

Ici, on découvre donc l'histoire d'Adrien, un jeune danseur dont la carrière a été écourtée à cause d’un accident de moto. 

Ce séducteur profite de la solitude d'une grande actrice sur le déclin pour vivre à ses crochets. Tout bascule lorsqu'il rencontre Margot, une arnaqueuse professionnelle.

Ensemble, ils décident de monter une grande mascarade  pour s’enrichir et s’offrir la vie qu’ils pensent mériter. 

Nice au coeur du décor

Dans ce film qui mêle arnaques, crimes et passions, on retrouve les acteurs Pierre Niney, Isabelle Adjani, François Cluzet, Marine Vacth, Emmanuelle Devos et Charles Berling. 

La plage de la Réserve, les jardins de la Villa Masséna ou encore le Cours Saleya… On y découvre les paysages de notre région, et surtout de notre cité ! 

La production s'était d'ailleurs installée aux Studios de la Victorine, en 2021, pour réaliser certaines scènes. L'équipe a ensuite investi diffé­rents lieux de la capitale azuréenne, mais également des alentours, pendant quatre mois. 

Imaginé à l'origine pour un roman qui n'a finalement jamais été publié, cette comédie drama­tique a été présentée hors compé­tition, au 75ème Festival de Cannes en mai dernier. 

Une touche personnelle 

Soleil, yatchs démesurés, et villas de luxe sont donc au premier plan, mais pas uniquement. Ce film aborde aussi l'envers du décor de "ce paradis trompeur" que peut être la Côte d'Azur.

"C'est un joyau, mais elle est aussi pervertie et abîmée par le pognon, la spécu­lation immobi­lière, certains compor­te­ments humains, tout en gardant souvenir de sa splendeur, passée et présente" détaillait dans Nice-​Matin Nicolas Bedos en mai dernier.

Cette histoire est décrite avec une touche person­nelle, puisque son inspi­ration "vient d’une période très sombre que j’ai traversée dans ma jeunesse et qui m’a laissé de fortes impres­sions" affirmait le réali­sateur lors d'un entretien pour le site officiel du Festival de Cannes. 

"J’avais envie de parler de ce monde des gens qui ont de l’argent et qui, néanmoins, se débattent de façon déses­pérée et pathé­tique dans des vies inachevées".

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.