De Fréjus à Menton, cette association propose une variété de solutions pour faciliter la démarche des clients, qu'ils soient vendeurs ou acqué­reurs. Un accom­pa­gnement néces­saire en cette période compliquée. 

Le MLS Côte d'Azur a fait sa rentrée ! Ce jeudi 28 octobre, les agents immobi­liers de cette association profes­sion­nelle se réunis­saient au casino Terrazur de Cagnes-​sur-​Mer. Ensemble, ils ont pu, notamment, faire un point de situation. 

À Nice, le tarif moyen du mètre carré atteint des sommets. "Le marché est plus difficile" détaille Thomas Gheerbrant, directeur chez Era Immobilier TG."D'après les derniers chiffres, on compte -17 à -20 % de ventes sur le département…"

"Pendant sept ans, il y a eu des progres­sions à deux chiffres. On assiste à une espèce de saturation. Les prix ne baissent pas sur la Côte d'Azur, pour l'instant". Le problème du logement se pose donc de plus en plus : "tout cela a généré une tension sur l'accès à la propriété, et la location, aussi. C'est un souci réel pour les actifs". 

Dans ce contexte, les Azuréens peuvent se perdre, ou se décou­rager. Le MLS Côte d'Azur se propose de les accom­pagner. Créée en 2001, l'association compte aujourd'hui près de 500 agences, ce qui repré­sente environ 2 500 colla­bo­ra­teurs. Elle leur permet de travailler ensemble avec une grande fluidité, et "avec davantage de trans­pa­rence". "Le but est de faciliter la démarche pour les clients, qu'ils soient vendeurs ou acqué­reurs" poursuit Thomas Gheerbrant. 

"Ils ont avec eux un tiers de confiance qui travaille sous ce label, qui est garanti par le MLS Côte d'Azur en termes de procé­dures, de qualité de travail… Il y a aussi, pour les profes­sionnels, une base de données interne qui diffuse les mandats exclusifs. Un gage de rapidité". L'ambition affichée est claire, "faire passer le bénéfice client avant le bénéfice agent". 

Pratique

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.