A la surprise générale, Christian Estrosi a annoncé fin novembre que le Théâtre national de Nice s’installerait dans les Arènes de Cimiez. Un lieu chargé d’histoire. 

Lors d’une allocution le 21 novembre dernier, le maire révélait, contre toute attente, que le TNN posera ses valises aux Arènes. Un festival estival consacré aux pièces antiques y serait proposé.

Nous vous expli­quions alors en détail les change­ments prévus et les aména­ge­ments, avec notamment une salle de spectacle, ainsi que les inter­ro­ga­tions que cela suscite. 

Un lieu d’entraînement pour les cohortes romaines

Avant de devenir une scène à ciel ouvert de 600 à 700 places, ce monument histo­rique a vécu 1.000 vies. Édifié entre le Ier et le IIe siècle sous la direction de l’empereur romain Auguste, il servait de lieu d’entraînement aux légions qui station­naient près de la colline de Kamelenon. La cité s’appelait alors Cemenelum. 

Au IIIe siècle, l’édifice est agrandi dans l’objectif d’accueillir la population lors des jeux qui se voulaient diver­tis­sants pour les spectateurs. 

Le nombre d’habitants ayant augmenté, il est décidé d’ajouter des murs destinés à supporter des gradins. En plus de cette construction, un velum est greffé au bâtiment. 

Un des plus petits amphithéâtres romains

La capacité de l’amphithéâtre se situe entre 4.000 et 5.000 places. 

Ses dimen­sions - 67 mètres sur 56 - bien que respec­tables, font de lui l’un des plus petits lieux théâtraux romains de France. 

Aujourd’hui, une grande partie de l’enceinte reste visible, notamment grâce aux travaux de conso­li­dation et de restauration. 

Les Arènes de Cimiez ont été classées monument histo­rique en 1965. 

Les riverains ont depuis l'habitude de venir s'y promener en famille. La Ville accuse aujourd'hui la fréquen­tation touris­tique de dégrader le site, raison pour laquelle il sera fermé à la balade en 2023.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.