Les élus Éric Ciotti et Christelle d'Intorni (Ire et Ve circons­crip­tions des Alpes-​Maritimes) ont déposé une propo­sition de loi visant à trans­férer à l'État la respon­sa­bilité de la prise en charge des mineurs étrangers. 

Les deux parle­men­taires Les Républicains critiquent, ce mercredi 6 septembre, le fait que le préfet ordonne de déposer des "migrants préten­dument mineurs" dans les rues de Nice. 

Bien que le conseil dépar­te­mental "assume actuel­lement la compé­tence d'accueil des mineurs non accom­pagnés (MNA) pour un coût de 28 millions d'euros", les députés estiment que cette situation est devenue trop lourde pour les collectivités. 

C'est donc à l'État de prendre cette respon­sa­bilité, consé­quence, disent-​ils, d'une "politique migra­toire laxiste".

La mairie de Nice accuse le Département de ne pas assurer ses obliga­tions, ce qui engen­drerait des squats en divers points de la cité, dans le centre comme à l'ouest, où les condi­tions de vies sont inquiétantes.

D'avance, la Ville promet qu'elle s'opposera à toute réqui­sition d'hôtels ou de centres de loisirs pour accueillir ces personnes, actuel­lement à la rue.

Le CD06 fait valoir de son côté son "engagement total pour la prise en charge des mineurs non-​accompagnés face à un flux migra­toire explosif et incon­trôlé relevant de la stricte compé­tence de l’Etat". Département qui fait les comptes : "le budget dédié, supporté par les Maralpins, a été multiplié par 37 en sept ans".

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.