La patron de l'opposition municipale RN de Nice est candidat à la prési­dence de la métropole NCA (540.000 habitants), dirigée par Christian Estrosi depuis 2012. 

POLITIQUE — Philippe Vardon compte sur le "secret de l’urne" pour que les élus métro­po­li­tains se tournent vers sa candi­dature. Depuis 2012, c'est le maire de Nice qui dirige la métropole Nice Côte d'Azur, à la tête de laquelle il était arrivé avec la quasi unanimité des suffrages il y a presque dix ans. Un "système Estrosi" qui doit prendre fin, d'après son principal opposant dans un courrier adressé aux 49 maires de l'intercommunaulité (et dont "Nice-​Presse" a pu consulter une copie) ce mercredi 8 juillet.
Les griefs de Philippe Vardon sont vastes et profonds. D'après le conseiller régional du Rassemblement national, la "liberté des maires" aurait diminué sous la prési­dence de Christian Estrosi.
Particulièrement dans le viseur : "l’impôt métropolitain (de) 2018, (…) créé pour compenser (sa) folie des grandeurs et sa gestion calamiteuse."
De même, le candidat du parti frontiste pointe un "déséqui­libre" dans lequel les inves­tis­se­ments seraient constamment "absorbés par Nice", au détriment des autres communes.
Président de l'intercommunalité, M. Vardon propose donc de supprimer la fameuse taxe et de répartir "de façon plus égali­taire" les moyens.
Autre gage "d'équilibre", le conseiller municipal RN veut mettre en place une "Présidence tournante" : "6 ans, 6 présidents." Une idée forte qui avait été annoncée en novembre 2019.
Verdict ce vendredi 10 juillet à 9 heures au Centre Universitaire Méditerranéen (CUM) avec l'élection du nouvel exécutif métropolitain.

Réagissez