Environnement : À Nice, la pollution de l’air coûterait… 383,4 millions d’euros tous les ans

Nice se classe parmi les pires villes de France en termes de pollution atmosphérique, cette dernière occasionnant d’énormes dépenses de santé. 
pollution air Nice
Nice — Photo : He Zhu

Ne ratez aucune info

Inscrivez-vous à notre newsletter

Partagez cette info :

Total
18
Shares

Très, très lourde ardoise. D’après un rapport publié cette semaine par le cabinet CE Delft pour l’Alliance européenne de santé publique (EPHA), le «coût social» de la pollution de l’air s’élèverait à 383,4 millions d’euros chaque année dans notre ville.

432 villes d’Europe ont été analysées, afin de réussir à quantifier la valeur monétaire de la pollution atmosphérique : en clair, combien coûtent les décès prématurés causés, les soins médicaux, les jours de travail perdus et les autres dépenses de santé.

La capitale azuréenne connaîtrait l’une des pires situations de France, loin derrière Paris (3,5 milliards d’euros), Marseille (774 millions) ou encore Lyon (585,3 millions).

Notre ville compte également beaucoup moins d’habitants, il est donc intéressant d’observer la moyenne. Rapporté au coût par habitant, Paris occupe la première place du podium avec 1.602 euros/personne, devant Lyon, 1.134 euros et Nice, troisième, avec 1.128 euros.

La Côte d’Azur est en mauvaise posture concernant la pollution de l’air : trois de ses villes occupent ainsi le top 10 français, avec Fréjus en 6ème position (990 euros) et Toulon en 7ème (979 euros).

Comment y remédier?

«Notre étude révèle combien un air toxique est nuisible à la santé, mais aussi combien d’importantes inégalités existent entre les différents pays d’Europe. La situation peut être améliorée par des politiques publiques en matière de transports et les villes peuvent réduire les coûts en encourageant les mobilités non polluantes» commente le secrétaire général de l’Alliance européenne de santé publique, Sascha Marschang.

«Nos résultats montrent qu’une augmentation de 1% de la durée moyenne des trajets pour se rendre au travail augmente les coûts sociaux des émissions de (gaz polluants). Une augmentation de 1% du nombre de voitures dans une ville augmente les coûts sociaux globaux de près de 0,5%» poursuit M. Marschang.

«Cela confirme que la réduction des trajets domicile-travail et du nombre de voitures a un impact positif sur la qualité de l’air, réduisant ainsi les coûts sociaux liés à la mauvaise qualité de l’air en ville»

La France se classe comme le 7ème pays européen où la pollution de l’air coûte le plus cher pour ses habitants.


Lire le rapport par ici

Partagez cette info :

Total
18
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ÇA POURRAIT VOUS INTÉRESSER
Nous utilisons des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre politique de confidentialité, ainsi que nos mentions légales.
Découvrez la newsletter de Nice-Presse