Tous les élèves du primaire et du secon­daire (sauf les lycées) devront reprendre le chemin de leurs classes dès lundi, dans la foulée de la nouvelle phase du décon­fi­nement annoncée par Emmanuel Macron.

FAITS DE SOCIÉTÉ — Le protocole sanitaire édité par le gouver­nement a été révélé il y a quelques heures : plus de règles de distan­ciation physique en mater­nelle, un mètre entre les élèves au primaire.

Tout est (presque) prêt pour que les écoles puissent accueillir les élèves ce lundi 21 juin. Sauf que les ensei­gnants azuréens ne s'estiment pas assez préparés et prévoient un absen­téisme massif.

La rentrée sera obliga­toire. Mais pour Fabienne Langoureau, secré­taire générale du SNES FSU invitée de France Bleu Azur, dans les Alpes-​Maritimes elle est bien trop précipitée :

"À deux jours de la reprise, nous n'avons toujours pas (nous profes­seurs) été desti­na­taires du protocole dans l'académie de Nice. On a des idées farfelues qui circulent ici comme mettre les élèves dos à dos dans la classe!"

"On ne sait pas si on sera en présentiel ou en télétravail avec les élèves" regrette encore Fabienne Langoureau, qui aurait voulu une semaine en plus pour se préparer et davantage d'informations sur les consignes sanitaires.

D'après le syndicat SNES-​FSU, il n'y aura plus de la moitié des élèves en classe lundi :

"Les parents ne remet­tront pas les enfants en classe pour deux semaines et face au risque sanitaire."


LE PROTOCOLE SANITAIRE DÈS LUNDI

MATERNELLE. Plus de règles de distanciation.

ÉCOLE. La règle est toujours celle d'un mètre entre élèves dans la salle de classe mais c'est une "simple recom­man­dation".

COLLÈGE. Un mètre entre élèves et "quand ce n'est pas possible", port du masque obligatoire.

Réagissez