À l'occasion d'une réunion publique ce week-​end, Christian Estrosi a appelé les Niçois à "faire barrage aux extrêmes", dont l'arrivée au pouvoir pourrait "bousculer notre ville".

"Les hôteliers me disent qu'ils enregistrent déjà entre 3 et 5% d'annulations des réser­va­tions". Le 15 juin, le maire a choisi d'alerter les électeurs sur les risques que fait peser la situation politique sur l'économie locale.

"Elle a déjà un impact sur nous. Evidemment, tout le monde, à l'étranger, regarde ce qui arrive chez nous". Et on comprend les touristes qui, par crainte du désordre, se disent que leur voyage sur la Côte d'Azur peut attendre. "On nous explique que la décision d'attribution des Jeux olympiques d'hiver 2030 est repoussée. Nice doit aussi accueillir l'été prochain le sommet de l'ONU sur l'océan. Vous vous doutez bien que les Nations unies s'intéressent de près au déroulé des choses en France…" Deux rendez-​vous pour lesquels les retombées écono­miques attendues sont immenses. Conclusion de Christian Estrosi : "l'arrivée au pouvoir des extrêmes aurait un impact immédiat sur nos vies, au niveau national comme local".

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.