Après le Covid-​19, place à la variole du singe, ou "Monkeypox". Pour prévenir les risques d'une infection, la Haute autorité de santé recom­mande la vacci­nation. Après Paris, Nice bénéficie enfin de doses de vaccin.

Le virus progresse dans le 06. En tout, 15 personnes ont été touchées dans les Alpes-​Maritimes selon l'Agence régionale de santé (ARS) et 18 contacts à risques sont recensés. Les autorités estiment que la variole flambe chez les gays.

A l'échelle de la Provence-​Alpes-​Côte d'Azur 47 individus sont infectés et 828 le sont l'échelle nationale.

Face à la propa­gation de cette maladie la Haute autorité de santé (HAS) recom­mande une vacci­nation depuis le 8 juillet. A Nice, les bénéfi­ciaires vont pouvoir en profiter dès ce lundi 18 juillet.

Qui peut être vacciné ?

La munici­palité, en colla­bo­ration avec le Centre hospi­talier univer­si­taire (CHU) a obtenu 500 doses de vaccin. Un pas en avant, mais Christian Estrosi souhaite aller plus loin.

"J’ai demandé à François Braun, ministre des Solidarités et de la Santé, que la Ville puisse disposer de doses supplé­men­taires afin d’élargir les catégories de personnes éligibles à la vacci­nation de cette épidémie" a indiqué le maire.

A ce stade, la vacci­nation concerne :

  • les cas contacts
  • les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes
  • les personnes trans­sexuelles multipartenaires
  • les personnes en situation de prostitution
  • les profes­sionnels exerçant dans les lieux de "consom­mation sexuelle"

Selon Santé publique France, 97% des cas pour lesquels l'orientation sexuelle est renseignée sont survenus chez des hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes.

Parmi eux, 75 % indiquent avoir eu au moins deux parte­naires dans les trois semaines précédant les premiers symptômes.

Des données qui ne reflètent pas forcément le mode de trans­mission général. Parmi les malades les autorités ont sanitaires recensé cinq femmes et deux enfants.

Vaccination à petite échelle

"Les doses ont été réparties dans les centres de santé sexuelle et les hôpitaux du groupement hospi­talier de terri­toire" a précisé la mairie.

La munici­palité se dit également prête "à mettre à dispo­sition notre centre de vacci­nation de la rue Hancy" dans le cas où d'autres doses seraient livrées. Pour le moment, toutes les fioles commandées ont été réservées.

A l'heure actuelle, six centres de vacci­nation ont été mis en place en Provence-​Alpes-​Côte d'Azur. La pratique devrait prendre davantage d'ampleur dans les prochaines semaines.

Le Ministère de la santé a mis en place un numéro vert d'information acces­sible toute la semaine de 8 heures à 23 heures : 0801-90-80-69

Quels symptômes ?

Connue chez l'homme depuis les années 1970, la variole du singe a été observée chez des groupes de primates dès la fin des années 1950.

La maladie engendre fièvre, maux de tête intenses, douleurs muscu­laires, douleurs dorsales, fatigue, gonflement des ganglions lympha­tiques, éruption cutanée ou lésions.

La fièvre est le premier signe d'infection, juste devant les éruptions cutanées. Ces dernières apparaissent un à trois jours après et se situent princi­pa­lement sur les mains, les pieds et le visage.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.