Ce "projet-​pilote" est observé avec attention au niveau national.

Un havre, dans un quartier populaire et dynamique de Nice. Une petite structure, pour offrir un "chez soi" à celles qui n'en n'ont plus. Fondé en octobre dernier par l'association Solidarité 06 et par le Secours populaire, "L'Oasis" est un centre d'accueil de jour, réservé aux femmes sans abri.

Avec une vingtaine de places, pour garantir une ambiance familiale. Jusqu'alors, nombre de SDF étaient contraintes de zoner, à la merci de la météo, dans les rues ou près des arrêts du tram en attendant l'ouverture de la halte de nuit, ouverte sept jours sur sept.

"Ici, on se sent chez nous. Ensemble, on cuisine, on lit, on reste actives" explique Nadia, l'une des bénéfi­ciaires, à Christian Estrosi, venu visiter l'endroit vendredi 7 avril. Pour faire une annonce : le prochain conseil municipal devrait plus que doubler la subvention accordée à cette initiative.

"Nous tenons à protéger ce modèle unique en France" fait valoir l'édile. "C'est avec des centres à taille humaine que nous pouvons accom­pagner dignement et effica­cement chacun de ceux qui en ont besoin".

L'occasion aussi de saluer "les formi­dables associa­tions locales qui se mobilisent, puisqu'on sait que face à toute les détresses, la collec­tivité ne peut réussir seule".

Les femmes sont accom­pa­gnées sur leurs dossiers adminis­tratifs et leur (éventuel) suivi psy, pour aborder main dans la main leur réinsertion.

Un travailleur social permet à "L'Oasis" d'être ouvert en perma­nence, sauf le dimanche, entre 8 et 17 heures. Les premières usagères qui ont pu retrouver la voie du marché de l'emploi et un appar­tement sont depuis devenues des bénévoles.

D'après le Secours populaire, les réussites de ce spot niçois sont scrutées de près, pour ensuite pouvoir dupliquer le modèle ailleurs en France.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.