Les parties civiles déposaient plainte il y a six ans pour obtenir des réponses sur le dispo­sitif de sécurité entourant la "Prom Party". Alors que 30 000 personnes étaient attendues sur le littoral niçois le 14 juillet 2016, un terro­riste islamiste avait commis une attaque au camion-​bélier, assas­sinant 86 personnes. 

Les faits présumés ne sont plus les mêmes. En 2017, l'enquête était ouverte pour "mise en danger de la vie d'autrui" après l'attentat de la Promenade des Anglais, survenu l'été précédent. Les inves­ti­ga­tions portent désormais aussi sur des faits d'"homicides et blessures involon­taires", a-​t-​on appris le 27 octobre.

Rappelons que cette requa­li­fi­cation avait été demandée avant l'été par l'association Promenade des Anges, repré­sentée par l'avocate Virginie Le Roy. Le procureur de Nice, Xavier Bonhomme, avait alors, lui aussi, demandé cette requa­li­fi­cation, soupçonnant un dispo­sitif de sécurité insuf­fi­samment solide le soir du 14-​juillet. Il a depuis été remplacé par Damien Martinelli, qui n'a pas davantage communiqué.

Cette évolution des chefs de poursuites "devrait permettre de prochaines mises en examen" espère Me Virigie Le Roy sur la radio publique. "Il est impératif que les victimes puissent obtenir les réponses qu’elles attendent et que les respon­sa­bi­lités soient établies".

Différents rapports devront être versés au dossier, l'un de l'IGPN, la police des polices, l'autre sur les risques terro­ristes, qui aurait été commandé par la mairie en amont du 14-​juillet. Une fonction­naire de la préfecture sera aussi entendue.

La Justice a cependant refusé la plupart des demandes de l'associations de victimes, qui fait appel. Dans cette enquête, quatre personnes sont placées sous le statut de témoin assisté : Christian Estrosi, qui était alors premier adjoint chargé de la sécurité en 2016, Philippe Pradal, maire, Adolphe Colrat, le préfet d'alors, et son directeur de cabinet. On ne sait pas, pour l'heure, si un procès sur ce volet verra réellement le jour.

L'assaillant a été abattu par la police le soir-​même. Le procès des compli­cités s'est tenu l'an passé, donnant lieu à des condam­na­tions de deux à 18 ans d’emprisonnement, contre huit individus.

La munici­palité a indiqué aux journa­listes qu'elle "conti­nuera de coopérer pleinement aux inves­ti­ga­tions comme elle l’a fait depuis sept ans, avec sérénité".

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.