Un nouveau système de sécurité est déployé dans le cadre du Carnaval de Nice 2024, avec des nouveaux portiques basés sur l'intelligence artifi­cielle. Mis en place par la société améri­caine Evolv, ils permettent de faciliter le traitement des entrées.

"C'est une innovation de plus". Ce vendredi 23 février, un nouveau portique de sécurité a été présenté à l'entrée du Carnaval de Nice. Testé pour la première fois lors du village de Noël, ce système vise à perfec­tionner la détection d'armes et à réduire le temps d'attente grâce à l'intelligence artificielle. 

Capture decran 2024 02 26 a 11.05.08
Photo : Nice-Presse

"Cette expéri­men­tation a été validée par l'État", détaille Christian Estrosi. "Nous avons d'abord testé un premier appareil la semaine dernière puis nous avons fait l'acquisition de quatre de plus. Nous arrivons à faire acheminer 3.500 à 4.000 personnes à l'heure".

Des portiques nouvelle génération

Ces nouveaux systèmes de sécurité permettent donc de remplacer les portiques tradi­tionnels. "Il s'agit d'un détecteur de métaux classique avec une intel­li­gence artifi­cielle qui l'assiste", détaille Sascha Kunkel, directeur et fondateur d'Algiz Security. "Il détecte les armes et les diffé­rencie des objets du quotidien que l'on peut avoir dans les poches". 

carnaval de nice securite 2
Photo : X /​ @anthony_borre

Chaque visiteur passe par ce portique : s'il est détecté une poten­tielle arme, un voyant rouge s'allume. Il doit alors se faire fouiller. 

Grâce à des tablettes reliées à la machine, les agents peuvent voir les images et faire des recherches ciblées. Même si dans tous les cas, "la personne va être fouillée en entier".

Réduire le temps d'attente

Ce dispo­sitif permet donc une meilleure efficacité et, par consé­quent, de réduire le temps d'attente pour passer les contrôles. "Un portique comme cela en remplace vingt tradi­tionnels. Il fait 4.000 personnes par heure où un classique est plutôt dans les 300". 

Capture decran 2024 02 26 a 12.39.48
Photo : Nice-Presse

Déjà déployé aux États-​Unis dans les écoles et les grands stades "pour prévenir de toutes attaques poten­tielles", ce système est une première étape d'expérimentation.

Un bilan sera réalisé à l'issue du carnaval. Reste à préciser qu'il devrait être utilisé lors des prochains grands événe­ments organisés à Nice. 

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.