Coronavirus : des pistes pour déconfiner la culture

La crise sanitaire n’en finit pas et le monde de la culture souffre un peu plus chaque jour. Quelles solutions peut-on envisager pour enfin sortir de la panade? 
théâtre national de nice
Photo : TNN/DR/Ville

Ne ratez aucune info

Inscrivez-vous à notre newsletter

Partagez cette info :

Total
0
Shares

«Il faut fixer une date irrévocable de reprise de la culture. On doit se dire que quoi qu’il arrive, nous reprenons à tel moment, avec un plan clair adapté à toutes les situations, même si la crise n’est pas terminée». Dans nos colonnes en janvier, le maire de Nice et président délégué de la Région Sud PACA Christian Estrosi s’engageait déjà pour une reprise programmée des activités culturelles.

Depuis cette date a été fixée : ce sera le 15 décembre, et cette rentrée «est irrévocable». Puisque le gouvernement s’est engagé à avoir vacciné tous les Français d’ici à la fin de l’été, rien n’empêcherait en théorie ce retour aux jours heureux. Les galeries d’art et les bibliothèques ont déjà pu rouvrir le 28 novembre dernier.

Dans l’intervalle, l’agence sanitaire métropolitaine de sécurité sanitaire travaille sur un «protocole sanitaire festival». Toutefois, il faudra sans doute bouleverser «notre rapport aux horaires de spectacles».

«Pourquoi, si le couvre-feu perdure, ne pas faire des opéras ou des spectacles à neuf heures du matin ou entre midi et deux? Ou diviser les concerts de 1.000 personnes en trois séances? Nous devons nous tenir prêts et avancer» Christian Estrosi à Nice-Presse

En Italie, depuis le 1er février, de nombreux musées et autres lieux culturels comme le Colisée ou la Chapelle Sixtine ont pu réouvrir, grâce à l’instauration de protocoles sanitaires très stricts. Ouverts uniquement en semaine, et avec des horaires particuliers selon les jours, leur accès est limité et nécessite une réservation préalable.

«Il faut tenir compte du poids psychologique des restrictions»

«Nous continuerons d’offrir la possibilité de profiter de la culture, vaccin contre l’ignorance” a souligné Laure Castelletti, adjointe au maire de Brescia, voisine de Bergame et Milan.

LE CHIFFRE
En 2020, la fréquentation des musées, fiertés de notre pays, a chuté de 72%

En Pologne, le nombre de visiteurs reste très limité mais les musées et galeries sont ouverts depuis le début du mois. Chez nos voisins autrichiens, les musées rouvrent aujourd’hui, le 8 février, alors même que le pays est loin du taux d’incidence de 50 cas pour 100.000 habitants sur sept jours. Mais, selon le chancelier Sebastien Kurz,  il faut tenir compte “d’autres aspects comme le poids social et psychologique des restrictions».

Traumatisée économiquement par le premier confinement, l’Espagne a choisi de laisser ouverts au public tous les musées, cinémas et salles de concert depuis… juin 2020. Le protocole sanitaire n’en est pas moins strict avec masques obligatoires, fauteuils libres entre les groupes de spectateurs ou encore lumières aux ultraviolets conseillées par les médecins pour désinfecter la salle.

Qu’en est-il d’une réouverture en France?

Chez nous, aucune date n’a été évoquée pour une réouverture des lieux culturels, et la colère gronde dans le milieu.

Comme le relève le site spécialisé Connaissance des Arts, «au port du masque, à l’application de gel hydroalcoolique et aux flux de circulation pourraient s’ajouter l’obligation d’installer l’application TousAntiCovid, l’usage systématique des billets électroniques et des QR Code ou encore les tests systématiques comme condition d’entrée au musée. De même, certains espaces culturels pourraient bénéficier d’un «label» (comme celui de la «confiance sanitaire» en place à Nice dans les commerces, NDLR) certifiant leur capacité à recevoir du public dans le respect de la distanciation sociale et d’un renouvellement continu de l’air, sans pour autant stigmatiser les autres lieux. En somme, toute une réorganisation des lieux culturels qui risque de prendre du temps mais qui sonne comme une bonne nouvelle aux oreilles des plus optimistes.»

«Les musées seront les premiers à rouvrir à partir du moment où la situation sanitaire sera apaisée» Roselyne Bachelot, ministre de la Culture, sur BFMTV le 10 janvier

Cependant, à l’échelle locale, des initiatives sont prises pour déconfiner en douceur le milieu culturel. Dans le cadre d’une étude scientifique menée avec l’Inserm, Marseille devrait mettre à disposition le Dôme (si la Ville se décide), qui accueillera 1.000 personnes, pour deux dates de concert en mars ou avril, avec notamment le groupe IAM à l’affiche. Il n’y aura pas de fosse pour danser, mais des places délimitées.

La ministre de la Culture, Roselyne Bachelot dit suivre «avec beaucoup d’intérêt» les expérimentations comparables menées à Barcelone et Liebzig. Son «plan d’urgence» à destination des festivals devrait être présenté le 15 février.

Partagez cette info :

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ÇA POURRAIT VOUS INTÉRESSER
Nous utilisons des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre politique de confidentialité, ainsi que nos mentions légales.
Découvrez la newsletter de Nice-Presse