En visite à Nice ce samedi 20 février, le ministre de la Santé a d'emblée évoqué l'hypothèse d'un confi­nement local partiel ou total de Nice et des Alpes-​Maritimes d'ici la fin du week-​end. Après une discussion avec le préfet et les élus, des mesures strictes seront prises dans les prochaines heures.

"Si nous devions aller à un confi­nement, je le soutiendrai et l'encouragerai" a noté le maire de Nice, Christian Estrosi.

Alors que 500 personnes tombent malade chaque jour dans notre dépar­tement des Alpes-​Maritimes, qui connaît un taux d'incidence record record, d'autres avancées ont été annoncées.

Le ministre a annoncé l'envoi dès ce lundi 22 février de 3.500 doses du vaccin Pfizer "à utiliser dans les 48 à 72 heures". De plus, "des milliers" de doses du vaccin AstraZeneca seraient dispo­nibles dans les prochains jours.

Ce dernier est efficace contre le variant britan­nique, qui semble, pour l'heure, dominant sur le terri­toire azuréen.

Enfin, un "dépistage massif" via les tests salivaires dans les écoles sera effectué lors de la rentrée scolaire, début mars.

Réagissez