Covid-19. Gestes barrières dans les stades : Le gouvernement hausse le ton contre les supporters

covid-19 coronavirus stades football
Photo : Thomas Serer (à titre d'illustration)

Ne ratez aucune info

Inscrivez-vous à notre newsletter

Partagez cette info :

Total
0
Shares

La ministre déléguée aux Sports Roxana Maracineanu a rappelé les règles de prudence face à la pandémie de Covid-19 aux supporters, brandissant la menace d’un retour au huis clos dans les stades.

SANTÉ — «Si les mesures destinées à lutter contre la propagation du virus ne sont pas respectées», ce sera le retour aux matchs sans public a promis ce 20 juillet la ministre des Sports après la polémique du match amical PSG-Beveren.

EN RAPPORT > VIDÉO. Coronavirus : À Cannes, un incroyable reportage dans un bar bondé sans gestes barrières, devant la police municipale

«Respecter les distances et les protocoles sanitaires est une nécessité absolue pour la santé des supporters et de tous les Français», souligne le ministère.

«Des décisions de huis clos pourraient être prises, conformément au droit applicable, si les mesures destinées à lutter contre la propagation du virus ne sont pas respectées lors des prochains matchs.»

NOTRE PAGE SPÉCIALE > Toute l’actualité du coronavirus Covid-19

Ce communiqué fait suite à une entrevue le même jour entre Roxana Maracineanu, la présidente de la Ligue de football professionnel (LFP) et la directrice de la FFF pour évoquer le non-respect des gestes barrières par certains supporters.

L’absence de distanciation sociale dans les virages quatre mois après l’arrêt des compétitions a suscité l’indignation de plusieurs acteurs du sport français, alors que clubs et Ligues plaident pour le retour d’un public plus nombreux.

Partagez cette info :

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ÇA POURRAIT VOUS INTÉRESSER
Nous utilisons des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre politique de confidentialité, ainsi que nos mentions légales.
Découvrez la newsletter de Nice-Presse