Le juge des référés du tribunal adminis­tratif a rejeté ce 27 avril le "référé liberté" déposé par une association écolo­giste. Elle espérait stopper la démolition de l'ex-palais des congrès.

Ils disaient vouloir protéger des animaux. 

Le "collectif associatif 06 pour des réali­sa­tions écolo­giques" a réclamé à la justice le 24 avril "d’enjoindre à la ville de Nice d’arrêter immédia­tement les travaux de démolition du bâtiment Acropolis".

Ce chantier porterait atteinte à la biodi­versité et à certaines espèces, ce que le dossier de la munici­palité, "incomplet", ne rensei­gnerait pas. D'après CAPRE 06, ce sont des oiseaux et chauves-​souris, notamment, qui seraient en danger. 

Ce que la collec­tivité contestait. Le tribunal a reconnu que certaines espèces pouvait, "occasion­nel­lement", se loger dans l'immeuble, mais que la démolition "ne présente pas un risque carac­térisé" pour elles. Les reptiles ayant des capacités "d'adaptation" et les oiseaux trouvant leur place dans les futurs aména­ge­ments de la Promenade du Paillon, étendue vers le Nord d'ici 2025.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.