Une trentaine d'individus munis de battes de baseball, de couteaux et de fumigènes ont fait irruption sur le terrain lors du match opposant CASE à l'Etoile de Menton. 

Mais que s'est-il passé dimanche dernier au Stade Hairabédian à Nice ? L'affiche de D3 entre CASE et l'Etoile de Menton a failli virer au drame… 

Un vingtaine de minutes après le coup d'envoi de ce match très attendu, une trentaine d'individus masqués se sont intro­duits sur le terrain, munis de couteaux, de battes de baseball et de fumigènes. Ils s'en sont ensuite pris violemment aux joueurs mentonnais. 

"Des individus cagoulés munis de couteaux profé­raient des menaces de nous poignarder, j'ai cru que c'était la fin pour moi", a confié l'un des joueurs de l'Etoile de Menton au site Actufoot.

Un acte prémédité ? 

Fort heureu­sement, ces fauteurs de troubles n'ont pas fait usage de leurs armes. Mais le président du club local, qui tentait d'empêcher l'intrusion sur le terrain, "s'est retrouvé face à une lame", a rapporté le président de la District Côte d'Azur.

Deux joueurs mentonnais ont tout de même été frappés, puis brûlés par un fumigène. D'autres ont également reçu des coups. Le club de l'Etoile de Menton a déposé plainte contre ces agressions.

Les individus auraient pénétré le carré vert par la porte située derrière les bancs de touche, laissée inten­tion­nel­lement ouverte pour faciliter la récupé­ration des ballons à l'extérieur. Tandis que les autres entrées permettant d'accéder au terrain "étaient fermées et donc sécurisées", a-​t-​on appris.

Ce n'est pas le première fois que l'équipe menton­naise est prise pour cible. Le 3 décembre dernier, une rencontre de Départemental 4 entre la réserve de l'Etoile et l'ASTAM a été le théâtre d'une bagarre en tribunes impli­quant des joueurs et des "specta­teurs" des deux camps. 

La Commission de Discipline du District avait infligé une amende de 200 euros aux deux clubs, les condamnant à une défaite. Visiblement, les agres­seurs avaient préparé leur attaque en vue de la venue de l'Etoile au stade Hairabédian, à Nice.

Le président du District, Edouard Delamotte, souligne qu'il n'y avait aucun conten­tieux entre le CASE et l'Etoile de Menton. Une menace de ce type n'était pas envisageable. 

L'homme a d'ailleurs contacté les autorités pour renforcer la sécurité au complexe Hairabédian et a ouvert une instruction sur l'affaire CASE-​Menton. Le match devrait quant à lui être rejoué.

Des scènes devenues banales dans le football, notamment en amateur, qui laisseront sans doute des cicatrices chez de nombreuses personnes présentes sur place. 

À LIRE AUSSI : Nice. Nouveau coup de chaud dans la cité des Moulins : une course-​poursuite et 2 interpellations

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.