Après une nuit plutôt calme à Nice alors que les violences ont atteint des sommets à Marseille, les commer­çants du centre optent pour la prudence, ce samedi 1er juillet.

Dans les Alpes-​Maritimes, les troubles ont essen­tiel­lement éclaté à Grasse dans la nuit de vendredi à samedi, dans le contexte des émeutes liées à la mort du jeune Nahel, abattu par un policier de Nanterre cette semaine. 

La Côte d'Azur est pour l'heure relati­vement épargnée par la bouffée de violence vécue en Ile-​de-​France, même si Nice voyait deux de ses commis­sa­riats être attaqués au mortier, mercredi soir.

Ce week-​end, les trans­ports publics de la métropole niçoise seront suspendus après 21 heures, comme hier. Les rassem­ble­ments et les manifes­ta­tions sont interdits par la préfecture. L'opposition municipale (Reconquête 06) a demandé davantage de mesures, un couvre-​feu imposé aux mineurs, notamment. Sans être écoutée pour l'instant.

Débordés dans bien des communes, les policiers ont dû se rabattre sur la protection des édifices consi­dérés comme étant priori­taires (mairies…) Ce sont donc souvent les commerces qui ont été pillés, quand ils ne sont pas tout simplement partis en fumée. À Nice, cette extrémité n'a pas été atteinte. Mais la prudence est de mise.

IMG 7038
[© Nice-​Presse]
IMG 7039
[© Nice-​Presse]

Plusieurs grandes enseignes de l'avenue Jean-​Médecin et du centre ont décidé de barri­cader leurs vitrines. Foot Locker l'a fait en premier, dès vendredi. Zara et Sephora ont suivi, quand d'autres grands magasins n'ont pris aucune mesure particulière. 

IMG 7033
[© Nice-​Presse]

Dans les rues perpen­di­cu­laires, des adhésifs occul­tants ont été apposés cet après-​midi. La scène s'est répétée toute la fin d'après-midi, celle de touristes embêtés face aux devan­tures, ne comprenant pas ce que les employés pouvaient bien fabriquer avec leurs grandes planches de bois.

IMG 7041
[© Nice-​Presse]
IMG 7042
[© Nice-​Presse]

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.