Énorme malaise : le McDonald’s de Cagnes-sur-Mer met en scène une tête décapitée pour Halloween

tête décapitée mcdonald's cagnes sur mer
Facebook

Ne ratez aucune info

Inscrivez-vous à notre newsletter

Partagez cette info :

Total
791
Shares

FAITS-DIVERS — C’est sans doute l’idée déco la plus débile de l’année. Le McDonald’s de Polygone Riviera à Cagnes-sur-Mer a installé différents accessoires dans le thème d’Halloween cette semaine, dans une mise en scène qui ne passe pas (du tout) sur les réseaux sociaux.

Comme l’ont relevé plusieurs internautes, l’enseigne de restauration rapide a semble-t-il jugé approprié de pendre une tête décapitée en plastique du plafond de l’une de ses salles. Et ce, moins d’une semaine après l’attentat de Conflans, qui a entraîné la mort du professeur Samuel Paty, décapité par un terroriste islamiste.

«C’est irrespectueux. C’est limite de la provocation», lance une internaute sur Facebook. «Honteux ! Mais qu’est-ce que les responsables de ce McDo ont dans la tête pour faire ça surtout en ce moment..?», commente une autre. «Intolérable, déplacé, lamentable…» Bien d’autres appellent au boycott du restaurant.

La direction du fast-food cagnois a désinstallé ce décor macabre ce jeudi matin, après la publication sur Facebook de la photo par un élu mercredi soir.

«Une faute»

Auprès de Nice-Matin, le responsable des franchises locales a expliqué que «les collaborateurs ont mis en place (la fausse tête) sans faire attention», reprenant un élément de décor déjà en place depuis l’année dernière. 

Elle a été installée «le 13 octobre, bien avant la regrettable attaque [vendredi 16 octobre]. C’est une faute d’inattention complètement étrangère à cette dramatique actualité. Dès que nous avons su que cela a pu heurter des personnes, nous avons fait le nécessaire.»

Partagez cette info :

Total
791
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ÇA POURRAIT VOUS INTÉRESSER
Nous utilisons des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre politique de confidentialité, ainsi que nos mentions légales.
Découvrez la newsletter de Nice-Presse