Le Décodage de Nice-​Presse, chaque jeudi en direct à 7h15 et 9h15 dans la matinale de notre parte­naire BFM Nice Côte d'Azur.

Nice pas très bien classée parmi les métropoles françaises, comment l'explique-t-on ?

On parle du tradi­tionnel palmarès du magazine écono­mique Challenges consacré aux meilleures métro­poles de France, celles qui sont les plus attrac­tives à la fois pour les familles mais aussi pour installer son entreprise

Une étude très complète donc, mais il faut chercher un peu pour tomber sur Nice, parce qu'elle n'est pas au top du top

On va nuancer tout de suite : difficile de comparer des poires et des patates

Une agglo comme la nôtre, qui attire des millions de touristes, est forcément plus concernée par la délin­quance que les autres, et le prix de l'immobilier, par exemple, est bien plus haut, c'est logique, qu'à peu près partout ailleurs

Mais ce palmarès est intéressant tout de même pour découvrir les points forts et faibles de Nice

Qu'est qui nous plombe alors ? L'immobilier, comme tu le disais ?

Pour les ménages, nous sommes 13e sur 43 métro­poles, ce qui n'est pas si mal. Dans cette catégorie, on trouve le niveau de la sécurité (on s'en sort bien), des emplois mais aussi du loyer. Là, on a un problème, puisqu'il pèse pour près de 60% des revenus mensuels du ménage, contre 39% pour la meilleure agglo, Metz

Ça va au niveau des équipe­ments du social et de la santé, plutôt développés

Et pour les entreprises, il y a du mieux ?

Là on est en moins bonne place, 18e sur 43. Un chômage autour de 13%, le double de moyenne nationale, mais tout de même 12,9% de crois­sance écono­mique, c'est 3 points au-​dessus de la meilleure agglo, Versailles

Challenges ajoute un indicateur de plus en plus important pour les Français : le thème de l'écologie. Alors Nice, bonne élève ou pas ?

Là c'est pire. On se retrouve 24e sur 43, mais parfois à cause de choses qui sont bien diffi­ciles à contrer, notamment l'exposition du terri­toire aux risques de catas­trophes clima­tiques, ça, on ne l'a pas décidé…

Le bât blesse sur la pollution de l'air, deux fois plus impor­tante qu'en Bretagne, et sur le nombre de passoires thermiques, autour de 6% des logements tout de même

Terminons sur du positif : avec 1700 mètres carrés d'espaces verts pour chaque habitant, on fait, il faut le souligner, bien mieux que la plupart des autres métro­poles comparables !

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.