Vous recherchez un établis­sement d’hébergement pour personnes âgées dépen­dantes (Ehpad) dans les Bouches-​du-​Rhône ? Face à la multitude d’établissements, de critères à prendre en compte et de forma­lités à accomplir, il est difficile de s’y retrouver. Pour vous aider dans votre recherche, nous vous proposons un tour d’horizon des points clés à consi­dérer pour dénicher la perle rare.

Bien définir vos critères pour trouver la maison de retraite idéale

Toutes les maisons de retraite ne se valent pas. Pour trouver celle qui conviendra le mieux à vos attentes, il est essentiel de déter­miner préci­sément vos besoins et vos préférences. 

Le degré de dépen­dance et l’état de santé du futur résident consti­tueront les principaux critères de choix. Un senior valide n’aura en effet pas les mêmes besoins qu’une personne âgée fortement dépen­dante ou atteinte de la maladie d’Alzheimer

En fonction de la situation, vous vous orien­terez vers un Ehpad classique, une résidence services, une unité de soins de longue durée ou encore une unité cognitivo-​comportementale. Servez-​vous d’un annuaire des EHPAD à Salon-​de-​Provence comme annuaire-​retraite pour avoir une sélection d’établissements de qualité.

Des aides financières pour alléger le coût d’une maison de retraite 

Encore confi­dentiel il y a quelques années, le sujet du coût des Ehpad ne cesse de faire la une des journaux. Et pour cause : avec des tarifs oscillant de 1 400 à plus de 3 000 euros par mois, l’entrée en maison de retraite médica­lisée repré­sente un véritable gouffre financier pour de nombreuses familles. Mais rassurez-​vous, des solutions existent pour alléger la facture.

L’allocation person­na­lisée d’autonomie (Apa), versée par le conseil dépar­te­mental, peut ainsi financer une partie du tarif dépen­dance facturé par l’établissement. Son montant, qui varie en fonction des ressources et du niveau de perte d’autonomie du bénéfi­ciaire, peut atteindre 1 737 euros mensuels pour les personnes les plus dépendantes.

Un autre coup de pouce bienvenu est l’aide sociale à l’hébergement (ASH). Elle s’adresse aux personnes âgées qui disposent de faibles revenus. Son attri­bution implique toutefois que les obligés alimen­taires (enfants, petits-​enfants) parti­cipent aux frais d’hébergement si leurs ressources le permettent. En cas d’octroi de l’ASH, le dépar­tement peut par ailleurs exercer un recours sur succession pour récupérer les sommes avancées.

La zone commentaires n'est pas ouverte pour cet article.